Séminaire 2024

Seuils in(ter)disciplinaires : une exploration méthodologique de l’indisciplinarité

Le collectif propose de questionner les enjeux de seuils entre disciplines à travers un cycle de quatre séminaires. La notion de seuil prend ici la forme d’expérimentations entre disciplines, au sens d’une indisciplinarité (Halberstam 2011, Loty 2000/2005) qui explore l’hybridité, les croisements, les entre-deux. Comment une discipline autre que la sienne permet-elle de réinvestir sa pratique et sa recherche ? Être “sur le seuil” devient une méthode de recherche et de création qui, dans une période de crise sociale, économique et politique, nous permet de penser dans l’altérité. La plus-value de ce cycle de séminaires tient dans son hybridation transdisciplinaire entre recherche et création, mêlant conférences et ateliers artistiques avec des intervenant·es chercheur·es/artistes.

Première séance
Transmettre l’exil : seuils, silences, création
avec Tania Sollogub et Nicola Rose

Elle renversait la tête en arrière, elle fermait les yeux, et son rire montait haut, très haut, il s’envolait quelque part dans le ciel, sans doute dans un endroit spécial du paradis où les Russes se retrouvaient pour parler de leur vie, avant les HLM.

C’est ainsi que Tania Sollogoub, à travers la voix de sa narratrice, décrit sa grand-mère Babou dans son roman semi-autobiographique Au Pays des pierres de lune (2011). Russe exilée en France, Babou et sa bague en pierre de lune incarnent le seuil d’un pays perdu et fantasmé que l’héroïne ne peut découvrir que par des bribes de souvenirs et des récits hauts en couleurs.

En se réappropriant le sujet politique, intime et artistique de l’exil, Tania Sollogoub mêle sa sensibilité poétique, son expertise géopolitique et son expérience personnelle et familiale pour revisiter les souvenirs de sa grand-mère à travers ses propres souvenirs. Dans son court-métrage In The Land of Moonstones (2018), Nicola Rose transpose ce récit dans une autre culture, d’un HLM à Boulogne-Billancourt à un immeuble résidentiel de Brooklyn, où se tissent de nouveaux liens intimes, familiaux et culturels, et où l’autofiction elle-même prend une autre forme. Là où, dans le roman, les souvenirs d’enfance de l’autrice servaient de tremplin vers ceux de sa grand-mère, dans le court-métrage, l’animation sert d’image manquante pour figurer un pays qui n’existe nulle part ailleurs que dans les récits de la grand-mère d’une autre. Si écrire l’autofiction, c’est reconstruire ses souvenirs sur le seuil de soi-même, adapter l’autofiction, c’est arriver sur le seuil d’une autre.

Dans cette première séance du cycle de séminaires « Seuils in(ter)disciplinaires », organisé par le collectif de jeunes chercheuses d’Aix-Marseille Université Frontières, Tania Sollogoub et Nicola Rose proposent des regards croisés et interdisciplinaires sur la transmission de l’exil comme seuil culturel, générationnel, identitaire et artistique. À travers une table ronde, un ciné-débat et un atelier d’écriture, ce séminaire à l’intersection de la théorie et de la création interroge l’exil comme seuil, entre deux cultures, deux langues, deux identités, qui, ni totalement dans un lieu ni dans l’autre, se situe nulle part, au pays des pierres de lune.

Présentation des invitées

Tania Sollogoub est écrivaine, économiste et politologue. Elle a exercé de nombreuses fonctions d’économiste et enseigne en parallèle depuis 2002 la macro-économie à Sciences Po Paris, dont elle a dirigé le Master Finance et Stratégie. Elle a été Présidente de Jury de diplomation à Sciences Po et a corrigé le concours externe et interne de l’ENA en macro-économie. Spécialisée dans les méthodes d’analyses du risque pays, elle se concentre depuis plusieurs années sur les liens entre géopolitique et économie. Elle est l’autrice d’un manuel aux Éditions La Découverte et de nombreux articles de recherche. Elle a également publié six romans et organisé plusieurs ateliers d’écriture. Ses travaux littéraires explorent des questions d’identité sur le seuil de sa généalogie russe. Mêlant sa sensibilité poétique à son expertise géopolitique, elle relate l’exil, la guerre et la misère mais aussi l’amour et les rencontres. Au Pays des pierres de lune, publié en 2011, est une œuvre d’autofiction où elle raconte l’hiver de ses treize ans, sa relation avec sa grand-mère russe et son premier amour dans un HLM de Boulogne. Ce roman a été recommandé par le ministère de l’Éducation nationale dans sa liste de référence en littérature jeunesse et a été présenté lors de plusieurs salons littéraires en France, en Belgique, au Canada et au Maroc.

Nicola Rose est réalisatrice, scénariste, productrice et monteuse. Elle est diplômée de l’Université de Columbia et de l’Université Sorbonne-Nouvelle. Elle a écrit et réalisé quatre courts-métrages : Creative Block (2017), In the Land of Moonstones (2018), Gabrielle (2019) et Biff & Me (2020), qui ont tous remporté de nombreux prix sur le circuit des festivals de films indépendants – dix-sept nominations et vingt victoires dont Emerging Talent Award au Female Filmmakers Fuse Film Festival. Elle a également réalisé deux longs-métrages : Goodbye, Petrushka (2021), qui a été présenté au festival Dances With Films à Los Angeles en 2022, et Magnetosphere, dont la sortie est prévue pour 2024. Son court-métrage In the Land of Moonstones, qui adapte le roman éponyme de Tania Sollogoub, mêle prise de vue réelle et animation pour relater cette histoire de seuils amoureux et générationnels, transposée à Brooklyn et rythmée par des chants russes. Pour ce film, elle a reçu sept nominations et six prix : Best Short Film au Queen Palm International Film Festival, Best Director in a Short Film et Best Supporting Actress au World Music & Independant Film Festival, Audience Choice Award au Boulevard Film Festival, Best Featurette au Midnight Film Festival, et Recommended for Ages 12-18 au KIDS FIRST! Film Festival.