CR de la séance du 20 juin 2018

Séance consacrée à l’axe 6 : normes et frontières : catégories sociales, transgression et marginalité ; les frontières du genre (masculin / féminin). 

L’écriture transgressive du corps chez Assia Djebar et Léonora Miano

Anouchka Stevellia Moussavou Nyama – CIELAM

« Le corps », selon José Gil, « cet “objet ” qui n’en est pas un, semble sujet à une indétermination radicale dès qu’on essaie de le définir. » Ainsi, dans la littérature africaine et francophone, le corps est toujours représenté sous divers aspects : corps malade et marginal, avec la folie ; le corps exploité, marchandé à travers les figures du boy, de la prostituée ; le corps résistant, se défendant ou inversant le rapport de force, etc.

De même, chez Léonora Miano et Assia Djebar, la place consacrée au corps, dans ce qu’il peut avoir de plus intime, revêt une importance capitale que le lecteur peut difficilement ignorer. En effet, leurs textes ne se contentent pas de l’évoquer comme une notion abstraite ; ils intègrent dans l’écriture de cet objet ce que N. Etoké nomme « l’intériorité ». Les écrivaines utilisent leurs plumes pour mettre des mots sur le non-dit, l’interdit ou le tabou et interroger les rapports que les personnages entretiennent avec leur corps. L’intérêt consacré à la description de celui-ci dans ce qu’il peut avoir de plus intime fait alors exploser les limites imposées par les normes sociales. Aussi, dans Les Nuits de Strasbourg ou Les alouettes naïves d’A. Djebar et dans Crépuscule du tourment 1 et 2 ou Tels des Astres éteints de L. Miano, l’écriture du corps passe par la description de scènes d’amour et d’érotisme. Pour ces autrices, écrire le corps, c’est également décrire les souffrances et les violences physiques qu’il subit, comme on peut le voir dans L’intérieur de la Nuit, Les Aubes écarlates ou L’amour, la fantasia et Femmes d’Alger dans leurs appartements ; ces textes montrent par ailleurs l’influence que peuvent avoir ces objets malmenés sur les trajectoires des personnages. Enfin, écrire le corps [féminin] c’est employer les modes d’écriture en tant que modes de création, de performance et de transmissions idéologiques, processus à travers lesquels l’écrivaine et le lecteur modélisent ses réalités sociales. 

Bibliographie indicative

BHABHA, Homi K., Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.

BERGER, Anne E, « Traversées de frontières : postcolonialité et études de « genre » en Amérique », in Labyrinthe, n° 24, Faut-il être postcolonial ?DUBRUEIL, Laurent  (dir.), 2006, pp.11-35.

CAZENAVE, Odile, Femmes rebelles. Naissance d’un nouveau roman africain au féminin, Paris, L’Harmattan, 1996.

CESAIRE, Aimé, Discours sur le colonialisme, suivi de : Discours sur la Négritude, Paris, Présence africaine, 2000 [1950].

DJEBAR, Assia, Les alouettes naïves, Arles, Actes Sud, « Babel », 1997 [1967].

DJEBAR, Assia, Femmes d’Alger dans leur appartement, Paris, Le livre de Poche, [1980].

DJEBAR, Assia, L’amour, la fantasia, Paris, Le livre de Poche, 2001 [1985].

DJEBAR, Assia, Les nuits de Strasbourg , Arles, Actes Sud, « Babel », 2003, [1997].

DE BEAUVOIR, Simone, Le Deuxième Sexe, Tome 2, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio essai », 1949.

ETOKE, Nathalie, L’écriture du corps féminin dans la littérature de l’Afrique francophone au sud du Sahara, Paris, L’Harmattan, 2010.

GIL, José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

LAURENT, Sylvie, « Le « tiers-espace » de Léonora Miano romancière afropéenne », Cahiers d’études africaines n° 204, 2011 [en ligne : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/16857].

MIANO, Léonora, L’intérieur de la nuit, Paris, Plon, 2005.

MIANO, Léonora, Les aubes écarlates, Paris, Plon, 2009.

MIANO, Léonora, Tels des astres éteints, Paris, Plon, 2008.

MIANO, Léonora Crépuscule du tourment 1, Paris, Grasset, 2016.

MIANO, Léonora, Crépuscule du tourment 2, Paris, Grasset, 2017.

WALKER, Keith, Countermodernism and Francophone Literary Culture : The Game of Slipknot, Durham, Duke University Press, 1999.

 

Masculinités afro-descendantes :
« Les garçons noirs » de Léonora Miano

Marjolaine Unter Ecker – CIELAM

Dans ses dernières parutions, Léonora Miano explore la question de la masculinité, et plus particulièrement celle des Afro-descendants. Celle-ci se heurte à un modèle « hégémonique » (Connel, 2014) et est confrontée à l’intersectionnalité, puisqu’elle croise des conditions liées à la classe sociale et surtout à l’histoire dont les « garçons noirs » (Miano, 2017b) héritent. Aussi, selon l’auteure et les contributeurs de l’ouvrage collectif Marianne et le garçon noir (2017), les représentations assignées aux hommes afro-descendants sont fondamentalement liées « à l’image de l’Afrique telle que construite non seulement par le regard euro-centré, mais par l’action de l’Occident sur cette région du monde » (Miano, 2017c), tout particulièrement en contexte occidental et français. 
La fiction devient alors un espace de dépassement de cette masculinité « subordonnée » (Connel, 2014). Dans Crépuscule du Tourment 1 et 2 (2016 ; 2017a), Léonora Miano dresse le portrait de masculinités plurielles, s’affirmant à travers leur singularité et l’écriture de véritables « stylistiques de l’existence » (Macé, 2016). Notamment à travers la topographie de deux quartiers utopiques, elle trace par ailleurs les contours d’un « tiers-espace » (Bhabha, 2007) dans lequel le masculin et le féminin ne seraient pas des opposés, mais se compléteraient et résideraient « dans l’entre-deux » (Miano, 2012 : 31). 
Finalement, cette conception du genre est englobée dans une perception plus générale des identités et des cultures, envisageant les frontières qui les sillonnent non pas comme des lieux de rupture, mais comme des « espaces d’accolement » (Miano, 2012).

Bibliographie indicative 

BHABHA, Homi K., Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.

BUTLER, Judith, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2012.

 CONNELL, Raewyn, Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam, 2014.

DORLIN, Elsa, Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

DORLIN, Elsa, La matrice de la race, Paris, La Découverte, 2009.

HOOKS, Bell, Ne suis-je pas une femme ? : Femmes noires et féminisme, Paris, Cambourakis, 2015 [1981].

FROLOFF, Nathalie, RIALLAND, Ivanne, « A la lumière des études de genre », ElFe XX-XXI – n° 6, Paris, Classiques Garnier, 2017.

MACE, Marielle, Styles : Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.

MIANO, Léonora, Habiter la frontière, Paris, L’Arche, 2012.

MIANO, Léonora Crépuscule du tourment 1, Paris, Grasset, 2016.

MIANO, Léonora, Crépuscule du tourment 2, Paris, Grasset, 2017a.

MIANO, Léonora (dir.), Marianne et le garçon noir, Paris, Pauvert, 2017b.

MIANO, Léonora, interview par FAURE, Sonia et FOFANA, Balla, « Comment se penser homme quand on ne bénéficie pas des privilèges de l’homme ? », Libération, 19 septembre 2017c [en ligne].

CR de la séance du 16 mai 2018

Séance consacrée à l’Axe 5 : Frontières entre réel et imaginaire, entre sciences et mythes.

La quête et l’égarement : espaces géographiques et labyrinthes oniriques

Gianluca Leoncini – CAER

Dans l’incipit de Aurélia , Nerval prétend que l’on pourrait étudier l’âme humaine et ses métamorphoses à travers des archétypes littéraires. Dans cette perspective, les modèles poétiques les plus intéressants, voire les plus fascinants, ne seraient-ils pas les personnages perdus au beau milieu d’une quête ? C’est pourquoi nous allons analyser Le Diable amoureux de Cazotte, Sylvie de Nerval et À une passante de Baudelaire, textes où l’individu finit par s’égarer dans ses labyrinthes imaginaires, où les espaces oniriques se confondent avec les espaces géographiques, et où le réel, l’idéal et le chimérique se superposent. Ils s’entremêlent. Si bien que l’on ne saurait plus distinguer les manifestations objectives de tout ce qui est illusoire. Voici donc sur scène trois déclinaisons différentes de l’errance. Ou plutôt, en empruntant une métaphore surréaliste, du voyage au paradis des pièges ; miroitements, enchevêtrements temporels et spatiaux, perspectives illusoires, formes indistinctes, fuyantes. Mirages et fantasmes – « Ce qui m’habite et qui m’obsède » dirait Aragon – qui envoûtent inexorablement l’imagination et hantent les sens. La prose de Cazotte et de Nerval trouve son pendant poétique dans l’écriture baudelairienne. La flânerie devient, au fil des mots, rêverie. Au loin on entrevoit le vagabondage parisien de Breton et Nadja.

Bibliographie indicative

AZÉMA, M-F. , Présentation de Sylvie, Paris, LGF, coll. « Libretti », 2013.

BAUDELAIRE, Charles, Les Fleurs du mal, Paris, Pocket Classiques, 1998.

BRETON, André, Nadja, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1997.

CAZOTTE, Jacques, Le Diable amoureux, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 1997.

ENCICLOPEDIA ITALIANA, Morgana Fata, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1934.

NERVAL, Gérard de, Sylvie, Paris, LGF, coll. « Libretti », 2013.

NERVAL, Gérard de, Aurélia, Paris, LGF, coll. « Libretti », 2013.

PROUST, Marcel, texte de 1908 publié dans le recueil posthume Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1954, p. 157.

Les frontières entre mythes et sciences dans des récits de voyage du XVIIe siècle français

Mathilde Mougin – CIELAM

Il est d’usage de considérer, notamment suite aux travaux de Michel Foucault, que s’opère une transition épistémologique entre la Renaissance et l’Âge classique, au cours de laquelle serait abandonnée une pensée analogique et mythique, au profit d’une pensée mathématique et classifiante. Cette mutation épistémologique est sensible dans plusieurs récits de la fin du XVIe siècle et du XVIIe siècle, dans lesquels les mythes sont mis à l’épreuve de l’autopsie, et parfois abandonnés pour une pensée plus rationnelle. Il apparaît par ailleurs que certains mythes, vidés de leur valeur de vérité, changent de statut pour devenir des motifs esthétiques, voire de véritables topoï du récit de voyage. Toutefois, cette évolution de l’épistémologie ne se superpose pas à la chronologie des œuvres, qui n’illustrent pas de manière téléologique un abandon du mythe au profit de la rationalité : ces deux régimes de vérité s’y côtoient, justifiant que ces récits fassent l’objet d’une interrogation sur le thème de la frontière au sein de ce séminaire.

Le corpus d’étude retenu est un ensemble de récits de voyageurs français de la fin du XVIe siècle et du XVIIe siècle (Jean de Léry, Marc Lescarbot, Jean-Baptiste Tavernier, Robert Challe et Pierre-Martin de La Martinière), ainsi que le récit d’un voyageur élisabéthain (Anthony Knivet). Ces récits de voyage effectués aussi bien en Amérique du Nord, du Sud, et en Orient permettent d’interroger cette tension épistémologique et ses implications esthétiques.  

Bibliographie indicative

CHALLE, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, Paris, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 2002.

DE LERY, Jean, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil (1578), 2e édition 1580, Paris, Livre de poche, « Bibliothèque classique », 1994.

DE LA MARTINIERE, Pierre-Martin, L’Heureux esclave, ou Relation des aventures du sieur de La Martinière comme il fut pris par les corsaires de Barbarie & délivré. La maniere de combatre, sur Mer, de l’Afrique & autres particularitez, Paris, O. de Varennes, 1674.

FOUCAULT, Michel, Les Mots et les choses, Une Archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaines », 1966.

KNIVET, Anthony, Un Aventurier anglais au Brésil. Les Tribulations d’Anthony Knivet (1591), Paris, Chandeigne, 2003.

LESCARBOT, Marc, Histoire de la Nouvelle France¸ Paris, Adrian Perier, 1617.

MANDRESSI, Rafael, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

WOLFZETTEL, Friedrich, Le discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du moyen âge au XVIIIe s, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 1996.

Texte historique, texte sacré : où est la frontière ? Une traduction de la Bible en moyen français

Antoine Braconnier – CIELAM

Le texte de la Bible abrégée est une traduction du XVe siècle de certaines parties de l’Ancien Testament en moyen français. Contenu dans une dizaine de manuscrits associés à l’est de la France et particulièrement à la ville de Troyes, il s’agit d’une compilation regroupant plusieurs livres de l’Ancien Testament, le Pentateuque et certains livres historiques.

Parfois relativement proche du texte de la Vulgate, la Bible abrégée reste en bien des points une traduction biblique médiévale. La tonalité générale du texte est celle d’une Bible historiale qui privilégie l’aspect historique du texte sacré en en évacuant quelque peu la spiritualité. En cela, cette traduction est le reflet de la position de l’Église qui, tout en supportant les traductions pour le public laïque, réserve l’interprétation spirituelle au clergé seul. 

Cependant, à l’époque de la devotio moderna, le public laïc récepteur qui ne parlait pas latin lisait probablement la Bible abrégée dans le cadre d’une piété personnelle. En effet, il s’agissait pour eux du seul accès au texte sacré qu’ils pouvaient lire et comprendre. En comparant la traduction avec l’original de la Vulgate, on peut voir une volonté toujours plus grande de se rapprocher du texte latin. Riche d’une longue tradition, la Bible abrégée est donc aussi tournée vers l’Humanisme en marche : premier livre français imprimé en France, il connut plus de 23 rééditions au long du XVIsiècle.

Bibliographie indicative

AQUILON, Pierre, « La Bible abrégée », Revue française d’histoire du livre, tome II, n° 4, Juillet – décembre 1972, p. 147-182.

BERGER, Samuel, La Bible française au Moyen Âge : étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’Oïl, Paris, Imprimerie Nationale, 1884.

BOGAERT, Pierre-Maurice, Les Bibles en français : histoire illustrée du Moyen âge à nos jours, Turnhout, Brepols, 1991.

BOUYER, Louis et al., La spiritualité du Moyen âge, Paris, les éditions du Cerf, 2011.

HOOGVLIET, Margriet, « The Medieval Vernacular Bible in French as a Flexible Text: Selective and Discontinuous Reading Practices » in Form and Function in the Late Medieval Bible, Eyal Poleg et Laura Light (dir.), Leiden, Brill, 2013, p. 283-306.

SALVADOR, Xavier-Laurent, Vérité et écriture(s), Paris, Champion, 2007.

SNEDDON, Clive, « The Bible in French » in The New Cambridge History of the Bible : Volume 2, From 600 to 1450, Richard Marsden et E. Ann Matter (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 252-267.

CR de la séance du 5 avril 2018

Séance consacrée à l’Axe 1 : Frontières politiques, exil et migration et à l’Axe 3 : (post)Colonialisme et métissage.

Ce qu’il reste du far west, l’espace de la réserve chez les romanciers amérindiens contemporains

Silvio Florio – CIELAM

L’imaginaire états-unien s’est construit autour d’une définition particulière de la notion de « frontière » : plutôt que la démarcation entre deux États (que désigne le mot « border »), la « frontier » marque l’opposition entre l’espace « civilisé » et l’espace « sauvage ». Cet espace civilisé a vocation à s’étendre peu à peu à tout le continent, selon la doctrine de la « destinée manifeste » du peuple américain, et ce, de gré ou de force, sans prise en compte des cultures et des peuples préexistants. Avec la colonisation progressive de l’Amérique du Nord par les Européens puis par les États du Canada et des États-Unis, les espaces encore dévolus aux peuples « sauvages » amérindiens se sont réduits à quelques enclaves que l’on nomme couramment « réserves ». Qu’ont à nous dire aujourd’hui de cette frontière les descendants de ces « sauvages », les écrivains amérindiens contemporains que sont Louise Erdrich, Scott Momaday ou encore James Welsh ? Ils dépeignent des territoires ambigus, paradoxaux, des terres désolées, en proie à l’alcoolisme, au chômage et à la violence, qui constituent pourtant dans le même temps les seuls vestiges d’une culture à préserver et même à refonder.

Bibliographie indicative 

AZIZA, Claude, TIXIER Jean-Marie, Dictionnaire du western, Vendémiaire, Paris, 2017.

ASCHCROFT, B., GRIFFITH, G., TIFFIN, H., The Empire Writes Back. Theory and Practice in Post-colonial Literatures, Londres / New York, Routledge, 1998.

BEVIS, William, « Native american novels : homing in », in Recovering the Word : Essays on Native American Literature, Brian SWANN et Arnold KRUPAT (dir.), Berkeley, University of California Press, 1987, p. 580-621.

BOYDEN, Joseph, The Orenda, Toronto, Hamish Hamilton, 2013.

ELIADE, Mircea, Le Sacré et le Profane [1957], Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1987.

ERDRICH, Louise, Tracks [1988], New York, Harper Collins Perennial, 2003.

HEDGES, Chris, SACCO, Joe, Jours de destruction, jours de révolte, Paris, Fututopolis, 2012.

MARSHALL, Joseph, Winter of the holy iron, Santa Fe, Museum of New Mexico Press, 1994.

MOMADAY, Navarre Scott, House made of dawn [1968], New York, Harper Collins, 2000.

MOMADAY, Navarre Scott, The Ancient child [1989], New York, Harper Collins, 1990.

WELSH, James, Fool’s Crow [1986], New York, Penguin Books, 2000.

ZINN, Howard, Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, coll. « mémoires sociales », 2002.

L’expérience et l’écriture de la frontière dans la poésie de Meena Alexander, Seher Cakir et Amina Saïd

Sarah Voke – CIELAM

Amina Saïd, poétesse, est née en Tunisie et réside en France. Meena Alexander, poétesse, est née en Inde, a habité le Soudan et l’Angleterre, réside à New York. Seher Cakir, poétesse, est née à Istanbul et réside à Vienne. Malgré leur éloignement géographique, ces trois femmes présentent bien des points de convergence qui justifient leur rapprochement. Poétesses contemporaines, qui prennent racine dans trois sphères linguistiques différentes, à savoir l’anglais, le français et l’allemand, leur point commun réside dans leur expérience de l’exil.

Cette expérience personnelle de l’exil laisse une empreinte dans leur écriture poétique et se présente avant tout comme une expérience douloureuse. Le passage d’une frontière géographique crée un sentiment de fracture et leur poésie manifeste un décentrement, une identité brisée, une blessure. Une frontière se crée entre absence et présence, entre ici et là-bas, mais également entre la vie et la mort. Outre le thème récurrent de la mort, l’exil et le franchissement d’une frontière présentent un danger mortel d’effacement identitaire.

Au milieu se trouve une ligne de faille, un entre-deux, quelque chose d’inénarrable. Au milieu jaillit une écriture personnelle. Une écriture métisse, teintée des couleurs de leurs deux rives. Une écriture qui ne gomme pas la frontière, mais qui la chante, qui la fait sentir, qui permet de relier leurs identités multiples. Une écriture vitale.

Bibliographie indicative 

ALEXANDER, Meena, Poetics of Dislocation, Ann Arbor University of Michigan Press, 2009.

ALEXANDER, Meena, The shock of arrival: reflections on Postcolonial experience, Boston, South End Press, 1996.

ALEXANDER, Meena, Fault Lines, New York, Feminist Press, 2003.

CAKIR, Seher, Mittwochgedichte, Berlin, Schiler, 2004.

SAID, Amina, De décembre à la mer, Paris, Editions de la différence, 2001.

SAID, Amina, Sables funambules, Paris/Québec, Arcantère/Écrits des Forges, 1992.

WEIL, Simone, L’enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Paris, Flammarion, 2014.

CR de la séance du 14 mars 2018

Séance consacrée à l’Axe 7 : Frontières taxinomiques : arts, courants et genres littéraires.

Histoire(s) afro-descendantes : les créations frontalières de Fabienne Kanor

Marjolaine Unter Ecker – CIELAM

Fabienne Kanor, écrivaine « voyageuse » d’origine martiniquaise, est aussi journaliste et cinéaste. L’ensemble des supports d’expression qu’elle explore, à savoir le texte, la voix ou le son et l’image s’entremêlent les uns aux autres à l’intérieur de son œuvre, et plus particulièrement dans son roman Humus (2006), dans son court-métrage Des pieds, mon pied (2009), et dans son reportage radio Martinique, une terre d’hommes cassés (2012). En ce sens, on peut parler d’intermédialité, notion que nous abordons à partir de la médiation (Méchoulan, 2003) qu’elle instaure entre les différents arts et médias. Cette médiation efface par ailleurs la frontière entre le réel et la fiction, notamment à travers les images, celles d’espaces vécus et visités, qui s’inscrivent dans les créations de l’auteure. Ces dernières se caractérisent aussi par leur dimension orale et polyphonique et fondent le récit individuel, voire autobiographique, dans un récit collectif. Ainsi, les expériences personnelles permettent de raconter une Histoire plus globale, qui est celle qu’ont en partage les Afro-descendant·e·s. Enfin, cette multiplication des supports d’expression est  un moyen pour l’auteure d’investir sa multi-appartenance et de rassembler les différents territoires qu’elle habite à travers sa conscience afro-diasporique. Les créations frontalières sont ainsi un moyen pour l’auteure de dessiner les contours d’un « tiers-espace » (Bhabha, 2007) culturel et artistique, qui hérite du dépassement des frontières institué par les circulations historiques et les migrations contemporaines. 

Bibliographie indicative 

BHABHA Homi K., Les lieux de la culture: une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007, traduit de l’anglais par BOUILLOT, Françoise [1994].

GIRLROY, Paul , L’Atlantique noir: modernité et double conscience, Paris, Amsterdam, 2010, traduit de l’anglais par NORDMANN, Charlotte [ 1993].

HERBECK, Jason, « Entretien avec Fabienne Kanor », The French Review, 2013.

MECHOULAN, Éric, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités : Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality : History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, 2003, p. 9‑27.

KANOR, Fabienne, Humus, Paris, Gallimard, Coll. « Continents noirs », 2006 (roman)

KANOR, Fabienne, Des pieds, mon pied., 2009, [en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=R2YsQpshHsQ]. Consulté le 9 mars 2018. (court-métrage) 

KANOR, Fabienne,  « La Martinique et la Guadeloupe, d’hier à aujourd’hui (2/4) : “Martinique, une terre d’hommes cassés” », Sur les docs, France culture, 2012,  [En ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks/la-martinique-et-la-guadeloupe-dhier-aujourdhui-24-martinique-une-terre]. Consulté le 9 mars 2018. (reportage radio). 

VIERA, Célia, RIO NOVO Isabel (dir.), Inter media: littérature, cinéma et intermédialité, Paris, l’Harmattan, coll. « Logiques sociales » 2011.

(Im)mobilités entre deux rives : les écrivains du blues

Prospère Tiaya Tiofack – CIELAM

Dans le champ des rapports entre la littérature et la musique, on peut circonscrire une spécificité des écritures qui s’inspirent du blues ou des musiques afro-américaines en général. Tout ce qui fait qu’un écrivain européen, par exemple, pourrait peut-être écrire le blues, mais pas forcément de la même façon ni pour les mêmes raisons qu’un écrivain africain ou afro-américain. Il y a, pour ce qui est des musiques afro-américaines, un point évident où, au-delà de leurs œuvres, écrivains et musiciens se rejoignent : c’est le processus créateur. Ce processus se décline en trois grandes phases : les Écartèlements, les Croisements, les Mouvements. La première phase réfère aux déchirures à l’origine de l’acte d’écriture : déchirures entre les cultures africaines et occidentales, entre l’impuissance de la langue verbale face au trauma et l’idéal inaccessible du langage musical. La deuxième phase opère des hybridations entre les traditions esthétiques africaines et occidentales, entre le champ musical et le champ littéraire, tout en rendant tout cela visible dès l’appareillage paratextuel. La troisième phase consiste dans la quête esthétique et la quête identitaire ; elle place au cœur de l’écriture des paradigmes tels que le dynamique, le cinétique, le rythmique, le frontalier, la migrance, la co-construction perpétuelle du sens avec le lecteur.

Bibliographie indicative

FOTSING MANGOUA, Robert et alii., L’imaginaire musical dans les littératures africaines, Paris, l’Harmattan, 2009.

HOUSTON, A. Baker Jr, Blues, Ideology, and Afro-American Literature. A Vernacular Theory, Chicago, The University of Chicago Press, 1984.

JONES, LeRoi (Amiri Baraka), Le peuple du blues. La musique noire dans l’Amérique blanche, Paris, Gallimard, 1968.

KANDÉ, Sylvie, « Jazz et littérature francophone », Mots Pluriels n°13, Avril 2000, [en ligne : http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP1300syk.html].

LOCATELLI, Aude, Jazz belles-lettres. Approche comparatiste des rapports du jazz et de la littérature, Paris, Classiques Garnier, 2011.

TANG, Alice Delphine et al., L’Œuvre romanesque de Léonora Miano – fiction, mémoire et enjeux identitaires, Paris, L’Harmattan-Cameroun, 2014.

Circulation taxinomique dans l’oeuvre de Wajdi Mouawad.

Sabine Gamba – CIELAM 

Chassé tout enfant de son pays natal, le Liban, par la guerre civile de 1976, Wajdi Mouawad connaît l’exil en France puis au Canada. Il devient écrivain de langue française, comédien, metteur en scène et directeur du théâtre de la Colline à Paris. L’exil, la migration et la guerre fondent son travail d’écriture et l’amènent à l’éclatement des frontières taxinomiques. Le texte « Je t’embrasse pour finir », mêlant l’intime et le collectif, à l’intérieur même d’un ouvrage collectif intitulé Pour une littérature-monde, se présente sous la forme d’un récit et de mails personnels, du père. Cette intermédialité embrasse la langue française – considérée dans l’ensemble francophone – l’oralité et la mémoire. Le texte Seuls, œuvre hybride perçue comme un livre d’art, est un cheminement vers le spectacle éponyme et l’écriture de la pièce théâtrale. Il conte le voyage intérieur d’un universitaire canadien originaire du Liban. Sur le point de partir en Russie pour un rendez-vous professionnel, il est victime d’un accident cardio-vasculaire. Dans cet état, entre vie et mort où il est plongé, il croit apprendre que son père a sombré dans le coma, et se voit lui-même en Russie visiter le musée de l’Ermitage. Fasciné par le tableau de Rembrandt, Le retour du fils prodigue, il retrouve sa passion d’enfant pour la peinture, avant l’exil. Sur scène, le comédien peint à grand flot de peintures, peint même son corps et pour finir, entre dans le tableau. Wajdi Mouawad, ainsi, mène et donne à voir sa réflexion sur les notions de l’entre-deux et du retour aux origines.

Bibliographie indicative

 LE BRIS, Michel, ROUAUD, Jean (dir.), Pour une littérature-monde, Paris, Gallimard, 2007 :   MOUAWAD, Wajdi, « Je t’embrasse pour finir », MABANCKOU, Alain, « Le chant de l’oiseau migrateur ».

MOUAWAD, Wajdi, Seuls, Chemin, texte et peintures, Paris, Acte-Sud-Papiers, 2008.

MÜLLER, Jurgen, E., Texte et médialité, Département de français, Université de Mannheim, 1987.

RANCIÈRE, Jacques, « ce que medium peut vouloir dire : l’exemple de la photographie », Appareil, n°1, 17 février 2008.

SIBONY, Daniel, Entre-deux. L’origine en partage, coll. « La couleur des idées », Paris, Seuil, 1991.

CR de la séance du 14 février 2018

Séance consacrée à l’axe 4 : Unité et diversité de la langue ; traduction et plurilinguisme.

Pourquoi traduire un auteur? Le cas de la traduction d’Edgar Allan Poe par Baudelaire

Gianluca Leoncini – CAER

La découverte, l’identification, l’amertume d’être considéré un imitateur voire un plagiaire, le succès:  le récit de Baudelaire traducteur de Poe a des airs de roman où la philologie se confond avec l’empathie,  où poésie et traduction poursuivent la même quête.

À travers les nouvelles de E.A. Poe, Charles Baudelaire semble vouloir initier le goût français à un nouveau genre de beauté, étrange, dépaysante voire empoisonnée. Afin de préparer le terrain à la réception de son oeuvre, il introduit ainsi un premier exemple d’une nouvelle esthétique que Les Fleurs du mal et Les Petits Poèmes en prose viennent ensuite compléter.

Connaître Baudelaire traducteur pourrait aider à mieux cerner Baudelaire poète, à le dévoiler, et à réaliser qu’un traducteur est tout d’abord un lecteur impatient de réécrire ce qu’il a aimé.

Bibliographie indicative 

ASSELINEAU, Charles, Charles Baudelaire : sa vie, son œuvre (1ère éd. 1869), Bazas, Le Temps qu’il fait, 1990, p. 15 et p. 53.

BAUDELAIRE, Charles, Notes nouvelles sur Edgar Poe, in E.A.POE, Oeuvres en prose, Paris, Gallimard, 1951, p. 1062.

BAUDELAIRE, Charles, « Avis de traducteur », in E.A POE, Oeuvres en prose, Paris, Gallimard, 1951, pp. 1044-1045, et p. 1063 ; publié pour la première fois dans les Cahiers Jacques Doucet en 1934.

BAUDELAIRE, Charles, « Fusées VIII » in C. BAUDELAIRE, Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, 2001, p. 393.

BAUDELAIRE, Charles Lettre de Charles Baudelaire à Madame Aupick du 8 mars 1854, Correspondance, I, Paris, Gallimard, 1973, p. 269 et p. 214.

BAUDELAIRE, Lettre à Sainte-Beuve du 19 mars 1856, Correspondance I, Paris, Gallimard, 1973, p. 343.

BAUDELAIRE, Charles, Lettre à Théophile Thoré du 20 juin 1864, Correspondance, II, Paris, Gallimard, 1973, p. 386.

BENJAMIN, Walter, La Tâche du traducteur, in Œuvres I, Paris, Gallimard, 2000 (1ère éd. 1923), pp. 244-262.

DAYRE, Éric, « Baudelaire, traducteur de Thomas de Quincey. Une prosaïque comparée de la modernité », in Romantisme. Revue du 19e siècle,
n.106, 4e trimestre 1999, « Traduire au 19e siècle », Paris, Sedes, 1999, pp. 31-52.

LEMONNIER, Léon, Les Traducteurs d’Edgar Poe en France de 1845 à 1875 : Charles
Baudelaire, Paris, Presses universitaires de France, 1928, p. 157. et p.
162.

OSEKI-DEPRE, Inès, Théories et pratiques de la traduction littéraire, Paris, Armand Colin, 1999, p. 53.

PEYRE, Henri, Connaissance de Baudelaire, Paris, José Corti, 1951, pp. 113-114.

VALERY, Paul, « Situation de Baudelaire », in Variété, in Œuvres I, Paris, Gallimard, 1957, p. 7 et p. 599.

La traduction : au-delà des mots

Lauriane Brémond – LERMA

La plupart des traducteurs reconnaissent l’existence d’un lien étroit, voire nécessaire, entre la langue d’un pays et sa culture. Cependant, le développement de moteurs de traduction de plus en plus perfectionnés semble remettre en cause ce lien en résumant la traduction à un simple exercice de remplacement d’un mot par son équivalent dans une autre langue. Le traducteur n’est alors plus sollicité que pour réviser le texte prétraduit et veiller à ce que celui-ci soit « intelligible » : c’est ce qu’on appelle la post-édition. Après l’ère de la TAO (Traduction Assistée par Ordinateur), sommes-nous sur le point d’entrer dans l’ère de la TAT (Traduction Assistée par Traducteur), avec un rapport humain/machine inversé ?

Pourtant, nombreux sont les linguistes et les professionnels à mettre en avant le rôle essentiel du traducteur en tant qu’intermédiaire, non seulement entre deux langues mais aussi entre deux cultures. Si la traduction n’est qu’affaire de substitution d’un mot de la langue source par un mot de la langue cible, que faire des culturèmes ou realia, ces références culturelles inhérentes à un pays et qui ne sont pas forcément connues du lecteur final ? C’est précisément dans ces cas-là que le traducteur apporte sa plus-value : sa connaissance intime des cultures du pays source et du pays cible. C’est grâce à cela qu’il peut adapter le texte et le rendre le plus compréhensible pour le lecteur final. C’est aussi grâce à son expertise qu’il peut éviter aux entreprises de mauvaises surprises, comme un sous-entendu graveleux dans un slogan ou un nom de produit qui s’avère être une insulte dans la langue du marché à conquérir.

S’il existe une frontière entre les langues, alors le traducteur est un « passeur » pour le lecteur.

Bibliographie indicative 

BANDLER, Richard et GRINDER, John, The structure of magic I : a book about language and therapy, Palo Alto, Californie, Science and Behavior Books, 1975.

BASSNETT, Susan et LEFEVERE, André (éditeurs scientifiques), Translation, history and culture, Londres, Pinter Publishers, 1990.

BENNETT, Milton J., « A developmental approach to training for intercultural sensitivity » dans International Journal of Intercultural Relations, Volume 10, Numéro 2, 1986, p. 179-196.

GEERTZ, Clifford, The Interpretation of cultures, New-York, Basic Books, 2000.

HALL, Edward Twitchell, The silent language, Greenwich, Fawcett Publication, 1959.

KATAN, David, « La mediazione linguistica interculturale: il mediatore culturale e le sue competenze » dans Lingue e Linguaggi, Volume 16, 2016, p. 365-391.

VENUTI, Lawrence, The scandals of translation : towards an ethics of difference. Londres, Routledge, 1998.

Théorie et pratique de la traduction théâtrale: le cas du Miles gloriosus

Clara Daniel – CIELAM

Notre travail de thèse, entre théorie et pratique de la traduction, vise à expérimenter la stratégie de l’adaptation théâtrale appliquée à une comédie ancienne, le Miles gloriosus du dramaturge latin Plaute (III-IIe siècle av. J.-C.). Le but de ce travail est de respecter, dans le cadre d’une traduction actualisée, des problématiques de réception contemporaine visant un public qui n’est pas versé dans la culture antique, et particulièrement les jeunes. Car le but du traducteur de théâtre n’est pas celui du philologue : il faut faire vivre le texte de la comédie sur scène, et si le public n’a accès ni aux références culturelles ni au contenu comique, Plaute n’aura pas été compris.

Dans la tradition française, le Miles gloriosus est devenu Le Soldat fanfaron, titre lexicalisé qui ne correspondait pas à notre texte, que nous avons intitulé Le militaire Kislapet. En effet, le fait de conserver l’adjectif « fanfaron », d’un registre littéraire soutenu, entre en opposition avec le choix de moderniser le texte ancien. C’est pourquoi nous avons emprunté l’expression familière « se la péter » qui, tout en changeant de niveau de langue, reste une traduction tout à fait littérale de l’adjectif latin. L’orthographe choisie, qui permet de créer une sorte de nom propre « Kislapet », accentue ce souci d’actualisation en rappelant le langage sms moderne, fait de raccourcis phonétiques. Avec ce titre, dont le contenu programmatique se veut affiché (modernité, familiarité, potentiel comique), nous avons posé les bases de notre adaptation contemporaine.

En pratique, il s’agit de mettre en valeur deux dimensions. D’une part, nous accentuons l’oralité du style plautinien : en valorisant une syntaxe informelle et un lexique courant voire familier, il s’agit de reproduire l’impression d’une conversation réaliste, adaptée aux codes actuels (c’est pourquoi nous choisissons également une prose rythmée plutôt qu’une versification stricte). D’autre part, afin de faciliter la complicité entre Plaute et le public, nous considérons comme nécessaire la transposition des références (culturelles et humoristiques) qui, dans le texte latin, ne sont appréhendables que par des spécialistes de culture antique. Par exemple, la mention dans une plaisanterie de la fête religieuse des Quinquatries, évoquées par rapport aux cadeaux qu’on doit faire à ses proches durant cette période, est transposée en la fête de Noël (puisque la tradition des cadeaux est préservée).

Cette pratique de l’adaptation ne va pas sans soulever des critiques potentielles du point de vue du discours traductologique, puisqu’est remis en cause l’impératif de fidélité, c’est-à-dire le respect de la littéralité du texte source. En amenant Plaute vers sa cible plutôt que l’inverse, la traduction tomberait dans la pratique de la domestication culturelle, dénoncée par tout un milieu de penseurs de la traduction. Pour y répondre, nous légitimons notre pratique grâce à l’enjeu spectaculaire des œuvres plautiniennes. Le théâtre, particulièrement la comédie latine, est moins une œuvre littéraire qu’un script destiné à la scène. Or, si la représentation est un échec à cause d’un manque d’intelligibilité du script, l’œuvre théâtrale n’atteint pas sa réalisation. C’est pourquoi nous revendiquons une fidélité au jeu, qui provient du concept romain de ludus mis en exergue par Florence Dupont, et cette autre fidélité passe par la nécessité d’adapter le texte plautinien aux codes contemporains.

Bibliographie indicative 

BASSNETT, Susan, « Ways Through the Labyrinth : Strategies and Methods for Translating Theatre Texts », in Hermans Theo (éd.), The Manipulation of Literature, Londres, Croom Helm, 1985, p. 87-103.

BONNET, Corinne et BOUCHET, Florence (éd.), Translatio : traduire et adapter les Anciens, Paris, Classiques Garnier, 2013.

DUPONT, Florence, Aristote ou le vampire du théâtre occidental, Paris, Flammarion, 2007.

HARDWICK, Lorna, Translating Words, Translating Cultures, Londres, Duckworth, 2000.

HOLLAND, Peter et SCOLNICOV, Hanna (éd.), The Play out of Context : Transferring Plays from Culture to Culture, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1989.

MARSHALL, C. W., The Stagecraft and Performance of Roman Comedy, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

MOORE, Timothy, The theater of Plautus : Playing to the Audience, Austin, University of Texas Press, 1998.

REGATTIN, Fabio, « Théâtre et traduction : un aperçu du débat théorique », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, vol. 36, automne 2004, p. 156-171.

TALADOIRE, Barthélémy-Antonin, Essai sur le comique de Plaute, Monaco, Edition de l’Imprimerie Nationale de Monaco, 1956.

UPTON, Carole-Anne (éd.), Moving Target : Theatre Translation and Cultural Relocation, Manchester, St Jerome, 2000.

VENUTI, Lawrence, The Translator’s Invisibility : A History of Translation, London, New York, Routledge, 1995.

WALTON, J. Michael, Translating Classical Plays : Collected Papers, Londres, Routledge, 2016.

CR de la séance du 10 janvier 2018

Séance consacrée à l’axe 2: Voyage, frontières culturelles et identitaires

Voyage et récupération des mythes indigènes dans le roman centraméricain : quelles frontières identitaires et culturelles ?

Emilie Boyer – CAER

Étudier une région aussi large que l’Amérique Centrale pose divers problèmes et plus particulièrement celui de la définition des frontières. Cependant, s’il y a une frontière identitaire qui, bien qu’invisible, est particulièrement ségrégative, c’est celle qui sépare les populations indigènes de ceux qu’on appelle les ladinos, les « non-indigènes ». Le voyage, dans notre corpus littéraire composé de romans des six pays hispanophones de la région, est donc d’abord celui consiste à transgresser cette frontière en traversant une frontière beaucoup plus visible, elle, entre ville et campagne.
Cette présentation développe une courte typologie des voyages rencontrés dans ces romans et leur lien avec le mythe et vise à démontrer que le voyage, à différentes échelles, associé à la réécriture du mythe permet un discours identitaire au niveau national mais aussi régional ou mondial et une réécriture de l’Histoire officielle de la colonisation. Le motif du voyage permet aux auteurs de défendre une identité mouvante, en évolution, à la rencontre de l’autre ou en confrontation avec lui, dans un voyage vers l’enfer ou comme un retour aux sources contre une vision essentialiste, figée de l’identité qui peut mener à des visions racistes. Une distinction qui nous paraît particulièrement importante lorsqu’il s’agit de populations, comme les populations mayas, souvent perçues par les élites comme régressives ou appartenant à un passé qui se situerait avant la civilisation.

Bibliographie indicative 

AÍNSA, Fernando, Identidad cultural de Iberoamérica en su narrativa, Editorial Gredos, Madrid, 1986.

ARAYA, Seidy, ZAVALA, Magda, Literaturas indígenas de Centroamérica, C.R.: EUNA, Heredia, 2002.

ARMIJO, Roberto, El asma de Leviatán, UCA Editores, El Salvador, 1990.

De LION, Luis, El tiempo principia en Xibalbá, Artemis Edinter, Ciudad de Guatemala, 1985.

GONZALEZ, Gaspar Pedro, La otra cara: la vida de un maya, CA: Fundación Yax Te’, États-Unis d’Amérique, 1998 (1990).

LOBO, Tatiana, Asalto al paraíso, Ed. de la Univ. de Costa Rica, San José, 1993.

MORENO MOSQUEDA, Zenaida, De la resistencia a la revitalización cultural en la narrativa maya contemporánea, Thèse de doctorat, Michigan State University, 2014.

RECINOS, Adrián, Popol Vuh. Las antiguas historias del Quiché, Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1971.

ZAVALA, Magda, “Poesia, género y etnia en Centroamérica”, Centroamericana, N°12, 2007, pp.121-141.

L’écriture des voyages parisiens de Kurt Tucholsky

Anne SchwarzEchanges

Figure emblématique de la République de Weimar, le journaliste –écrivain, poète, chansonnier – Kurt Tucholsky part s’installer en 1924 à Paris comme correspondant étranger. L’emploi du mot voyage concernant ce séjour pourrait paraître problématique, dans la mesure où il y restera jusqu’en 1929 pour ne plus ensuite retourner en Allemagne. Toutefois, il s’agit bien de ce terme qu’il emploie dans ses textes et dont il vante les vertus.
A la lecture de ses écrits parisiens, on peut attribuer trois fonctions au voyage. La première est d’ordre personnel. « Je me repose de ma patrie », écrit-il dans « Parc Monceau », l’un de ses premiers textes. Tucholsky est en effet fatigué de son pays dont il dénonce sans cesse les dérives nationalistes et les injustices. La deuxième est liée à son projet pacifiste. Empêcher une nouvelle guerre passerait par une meilleure connaissance mutuelle des nations. Il entend donc prouver aux Allemands que les Français ne représentent pas une menace pour eux. Dès lors il s’applique dans ses articles à décrire Paris et ses habitants. Enfin, le voyage est également l’occasion d’un recul critique vis-à-vis de l’Allemagne. Une escapade en province, une lecture, une rencontre… Tout est prétexte à des comparaisons incessantes.
Si sa stratégie de pacification des esprits échouera, on peut retenir de ce voyage qu’il constitue une période particulièrement féconde dans son œuvre. De nouvelles réflexions émergeront notamment sur les frontières identitaires, géographiques et linguistiques ou encore sur la littérature, le métier de journaliste et le rôle de la photographie.

Bibliographie indicative

Cahiers d’études germaniques, Kurt Tucholsky, n°31, Universités Lumière (Lyon II), de Nice, Paul Valéry (Montpellier III), de Provence (Aix-Marseille I), 1996.

DESBOIS, Catherine, « Die desengagierte Schrift eines engagierten Schriftstellers im Ersten Weltkrieg : Kurt Tucholsky », in : Cahiers d’études germaniques, n°37, Universités Lumière (Lyon II), de Nice, Paul Valéry (Montpellier III), de Provence (Aix-Marseille I), 1999.

DESBOIS, Catherine, « Implicite et explicite dans la traduction de textes de Kurt Tucholsky », in : Histoires de textes, Mélanges pour M-H. Pérennec, parution en ligne (http://langues.univ-lyon2.fr/1184-Histoires-textes.html), LYLIA 26, 2009.

GENEIX, Nicolas, « Marginalia pour Kurt Tucholsky », in : Astrolba n° 36, parution en ligne (http://www.crlv.org/astrolabe/marsavril-2011/marginalia-pour-kurt-tucholsky), Clermond-Ferrand, 2011.

HEPP, Michael, Kurt Tucholsky. Biographique Annäherungen, Rowohlt, Reinbek, 1993.

PHILIPPOFF, Eva, Tucholskys Frankreichbild, Minerva-Publikation, München, 1978.

TAUTOU, Alexis, « Kurt Tucholsky, journaliste à Paris », in : Contreligne, parution en ligne (http://www.contreligne.eu/2013/12/images-et-stereotypes-kurt-tucholsky-journaliste-a-paris/), 2013.

TUCHOLSKY, Kurt, Gesammelte Werke, Band 3-7, sous la direction de Mary Gerold-Tucholsky, Fritz J. Raddatz, Rowohlt Taschenbuch Verlag, Reinbek, 1993 [1960].

TUCHOLSKY, Kurt, Chroniques parisiennes, traduction Alexis Tautou, Petite bibliothèque Rivages, Paris, 2010.

TUCHOLSKY, Kurt, Ein Pyrenäenbuch, Rowohlt, Reinbek, 2012 [1927].

TUCHOLSKY, Kurt, Das große Lesebuch, sous la direction d’Axel Ruckaberle, Fischer Taschenbuch Verlag, Frankfurt am Main, 2012 [2010].

Dispositifs frontaliers dans les récits de voyages (17-18e siècles) 

Prof. Sylvie Requemora-Gros – CIELAM

La réflexion, introduisant l’axe 2 du séminaire portant sur les voyages, s’effectue ici en trois temps, passant de la terre au texte via la mer :
1. Stratégies viatiques à la frontière terrestre : le cas des « rhadars » du passage en Perse.
2. Figures de la frontière maritime, invisible et allégorique: le cas du passage de la Ligne de l’Equateur.
3. Stratégies d’une écriture frontalière : la littérature des voyages comme genre frontalier « métoyen ».
La frontière, liée au « front », qui renvoie à la fois à une sémantique spatiale, géographique et militaire, implique une interrogation sur les limites et les marges en général, mais aussi sur la notion de passage et de rupture de ces limites, et ce, d’un point de vue à la fois diplomatique, culturel et littéraire. La frontière est en effet à la fois un contexte, un texte et un prétexte, interrogeant tous trois la question de l’hybridité culturelle et générique dans la littérature viatique conçue comme laboratoire du récit autant qu’expérience de rencontres.

Bibliographie indicative 

ATLAS, Yasmine, « Une frontière qualifiante », dans la Revue XVIIe siècle, numéro consacré à la Perse, à paraître en mars 2018.

FOURÈS-LEGRAND, Gaëlle, « Un rite de passage ancestral : le Passage de la Ligne dans les journaux et les relations de voyage aux Indes orientales (1690-1691) :
http://literaturacomparata.ro/Site_Acta/Old/acta10/articole%20pdf/AMC_gaelle_foures-legrand_fr_editat.pdf.

LINON-CHIPON, Sophie, « Le passage de la ligne ou le carnaval de la mer au début du 18e siècle : Luillier (1705), Leguat (1707) », Dix huitième siècle, n°22, L’œil expert : voyager, explorer, textes réunis par François Moureau, 1990, p. 185-194.

REQUEMORA-GROS, Sylvie, « Du roman au récit, du récit au roman : le voyage comme genre “métoyen” au XVIIème siècle », [in] Actes du colloque organisé par M.-C. Gomez-Géraud et Ph. Antoine à Amiens du 2 au 3 décembre 1999, Roman et récit de voyage, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Imago mundi, 2001, p. 25-36.

————–, « Le genre « metoyen » en question : le cas de l’épisode algérien de Regnard », dans Itinéraires littéraires du voyage, « Travaux de littérature », T.L. XXVI, Genève, Droz, Actes du colloque international de l’ADIREL et du CRLV, Le Voyage dans tous ses états, 16-17 mars 2012, Paris-Sorbonne, p. 279-288.

————-, Voguer vers la modernité. Le voyage à travers les genres au XVIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), collection dirigée par François Moureau « Imago mundi », 2012, 880 p.

————, Voyages, échanges, rencontres au XVIIe siècle, Actes du 43e Colloque Annuel de la North-American Society for Seventeenth-Century French Literature (NASSCFL) des 5-8 juin 2013 à Marseille et Aix-en-Provence, Tübingen, Narr, Biblio 17, 2017, 575 p.

 

CR de la séance du 13 décembre 2017

Séance consacrée à l’axe 6 : Normes et frontières : catégories sociales, transgression et marginalité

Quand le nucléaire transgresse toutes les frontières, sauf une

Cécile Duquenne – CIELAM – CRCAO

« Pour se représenter une situation inconnue, l’imagination emprunte des éléments connus et à cause de cela ne se la représente pas » : bien que tirée de l’Albertine disparue de Marcel Proust, cette citation a été utilisée par Jean-Pierre Dupuy en préambule de son essai sur le nucléaire, Pour un catastrophisme éclairé, afin de résumer le paradoxe de l’impossible représentation de la contamination radioactive. Indécelable par les cinq sens donnés à l’humain, franchissant les frontières nationales invisibles, transformant tout ce qu’elle touche en déchet radioactif, et enfin oubliée et normalisée malgré la présence des compteurs Geiger, la contamination radioactive constitue un danger de premier ordre pour les populations humaines et animales.

Günther Anders, premier critique et philosophe de l’atome, disait dans L’Obsolescence de l’homme qu’il fallait « élargir notre imagination afin d’élargir notre peur ». Suivant cette recommandation, et à partir de l’exemple de la triple catastrophe de Fukushima en 2011, cette présentation vise à examiner la manière dont la littérature d’après les accidents nucléaires a le pouvoir d’élargir notre imagination et notre peur, et de représenter l’irreprésentable. Rarement explorées, les métamorphoses du littéraire en tant que lien entre nucléaire et humain constituent pourtant une forme d’altérité constitutive du sujet énonciateur dans le texte et le langage, sur laquelle nous proposons ici une amorce de réflexion.

Bibliographie indicative

ANDERS, Günther. Hiroshima est partout. Paris : Seuil, collection « La couleur des idées », 2008. 520 p.

COLLECTIF. L’archipel des séismes : écrits du Japon après le 11 mars 2011. Paris : Philippe Picquier, 9 mars 2012. 240 p.

COLLECTIF. Oublier Fukushima. Paris : Les éditions du Bout de la Ville, collection « Pluie Noire », 10 avril 2012. 226 p.

DUPUY, Jean-Pierre. Pour un catastrophisme éclairé : Quand l’impossible est certain. Paris : Seuil, collection « Points : Essais », 2004. 216 p.

KAWAKURA, Minato. Shinsai-genpatsu : bungakuron [Séisme et nucléaire : un essai littéraire]. Tôkyô : Impact, 1e mars 2013. 292 p.

KIMURA, Saeko. Shinsai-go bungakuron : atarashii bungaku no tame ni [Essai sur la littérature d’après le tremblement de terre : pour une nouvelle littérature japonaise]. Tôkyô : Seidosha, 2013. 242 p.

KOMORI, Yoichi. Shisha no koe, seisha no kotoba : bungaku de tou genpatsu no nihon [Voix des morts, parole des vivants : le Japon nucléaire interrogé par la littérature]. Tôkyô : Shinnihonshupansha, 2014. 190 p.

NANCY, Jean-Luc. L’équivalence des catastrophes : Après Fukushima. Paris : Galilée, coll. « La philosophie en effet », 1e avril 2012. 68 p.

ÔE, Kenzaburô. Moi, d’un Japon ambigu. Paris : Gallimard, coll. « Hors série littérature », 4 avril 2001. 104 p.

TAKAHASHI, Gen’ichiro. Hijôji no kotoba – shinsai no ato de [Les mots de la crise – après le tremblement de terre]. Tôkyô : Asahi shinbunsha, 7 août 2012. 220 p.

Marge et marginalité dans la littérature concentrationnaire

Eva Raynal – CIELAM

La notion de marge peut désigner ce qui est en dehors d’un espace ou à sa limite. Elle est à la fois synonyme de mise à l’écart (la figure du marginalisé) mais également de cohabitation : après tout, être à la marge ne constitue pas systématiquement une exclusion pure et dure. Les camps de concentration, et à plus forte raison d’extermination, constituent un espace de la marge, qui fabriquent des marginalisés avant de les assassiner : les déportés.

Primo Levi définit le camp comme une « zone grise » et Giorgio Agamben comme un état d’exception permanent. La violence est la norme, le warum n’a pas lieu d’être : c’est à se demander si le camp est l’expression même du Mal radical kantien.

Produit de cette marge, et y contribuant par son activité d’esclave, le déporté devient alors un homo sacer, un numéro déchu de tout droit, exclu de la communauté des citoyens voire de celle des hommes selon sa naissance. Parmi la masse concentrationnaire, quelques-uns parviennent à faire durer un peu plus longtemps leur sursis : ce sont les déportés-fonctionnaires ; mais la majorité est condamnée à une rapide dégradation physique et spirituelle : c’est le Musulman, ou Dokhodyaga dans le système du Goulag.

En 1945, les survivants libérés font face à une autre marginalité : le retour à la vie civile, où ils doivent faire face aux angoisses post-traumatiques, mais aussi à l’indifférence, l’incompréhension voire l’hostilité des non-déportés. Toutefois, la solidarité concentrationnaire demeure entre survivants ; l’action, notamment politique, et l’écriture pour certains, incarnent alors des voies de résilience. La littérature après les camps propose alors des témoignages et des œuvres « ovnis », qui s’affranchissent des normes afin de transmettre la marge : Imre Kertész, Tadeusz Borowski, Paul Celan, Jorge Semprún, Varlam Chalamov…

Bibliographie indicative 

AGAMBEM, Giorgio , Homo sacer. I, le pouvoir souverain et la vie nue (Homo sacer. I : Il potere sovrano e la nuda vita), Paris, éd. du Seuil, trad. Marilène Raiola, 1997.

BENESTROFF, Corinne, Jorge Semprun, Entre résistance et résilience, Paris, éditions du CNRS, 2017.

BOROWSKI, Tadeusz, 27  Le Monde de pierre (Kamienny świat), Pologne, 1948, Paris, éd. Christian Bourgeois, 1992.

CHALAMOV, Varlam, Récits de la Kolyma, « La pluie », éd. Verdier, 2003, trad. Anne Coldefy-Faucard et Luba Jurgenson.

JANKÉLÉVITCH, Vladimir, L’imprescriptible Paris, éd. du Seuil, 1986.

KANT, Emmanuel, La Religion dans les limites de la simple raison (Die Religion inner halb der Grenzen der bloßen Vernunft),1793, Paris, librairie Félix Alcan, 1913, trad. A. Tremesaygues.

KERTÉSZ, Imre, Être sans destin (Sorstalanság), Budapest, Vintage Books, 1975, Arles, éd. Actes Sud, 1997.

LEVI, Primo, Les Naufragés et les Rescapés (I sommersi e i salvati), Turin, Einaudi, 1986, Paris, Gallimard, 1989, rééd. 2013.

SEMPRÚN, Jorge, L’Écriture ou la vie, in Le Fer rouge de la mémoire, Paris, éd. Gallimard, 2012.

VINCLAIR, Pierre, « Usages et mésusages du poème. Comment lire (Paul Celan) ? » , Acta fabula, vol. 18, n°4, Essais critiques, avril 2017.

Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, éd. Plon, 1998.

Frontières

Ligne de fracture mais aussi d’échange, la frontière revêt une dimension ambivalente. Au niveau politique, elle est un lieu de démarcation des territoires, vecteur d’un rapport de forces, lieu de cristallisation des conflits. Mais elle circonscrit aussi différentes unités culturelles et linguistiques.

La notion même de frontière a évolué, de la fragmentation politique des princes féodaux jusqu’à l’éveil de la conscience nationale au XIXe siècle, en passant par les grands empires transeuropéens. De plus, dès la découverte du Nouveau Monde, la colonisation complexifie cette notion en scindant les peuples autochtones par les frontières que négocient plus ou moins arbitrairement les puissances européennes. Au moment de l’éveil des nationalités, les empires sont démembrés et de nombreuses nations accèdent à leur souveraineté. Puis d’un côté le bloc soviétique se constitue, de l’autre les pays colonisés par l’Europe occidentale accèdent à l’indépendance. En Asie également, d’autres empires se font et se défont, d’autres frontières apparaissent ou se déplacent. Tous ces événements historiques se traduisent par une littérature de l’interstice, de l’entre-deux-mondes, de la frontière.

Dès que se produit un décalage entre un événement politique et une situation personnelle ou communautaire – avec, par exemple, la domination coloniale d’une population, ou encore les migrations imposées par une situation politique critique –, une fracture se dessine et oblige à reconsidérer le concept de territorialité. Les frontières deviennent alors intérieures. La rupture opérée empiriquement ouvre la voie aux frontières morales, psychologiques, symboliques, métaphoriques, occasionnant par là même une inadaptation par laquelle un chemin créateur ouvre un troisième territoire.

La frontière et les déplacements territoriaux peuvent prendre la forme du métissage littéraire, qui constitue une interrogation sur l’identité et sur l’essence : « Le métissage trouve sa dynamique dans cette porosité où l’identité se fait naturellement transfrontalière, ne perdant rien de sa texture en passant d’un territoire (ontologique, culturel, langagier, etc.) à un autre, d’une forme à une autre, d’une appartenance à une autre[1]. »

Ce « tiers-espace » est un lieu intérieur dans lequel se confrontent ou se mélangent les différentes appartenances, et où le sujet reconstruit sa cohérence. Le lecteur peut alors être attentif à ce qui se produit « dans l’émergence des interstices – dans le chevauchement et le déplacement des domaines de différence […] », là où « se négocient les expériences intersubjectives et collectives d’appartenance à la nation[2]. » Cet espace nouveau est également le lieu d’une double impossibilité : l’impossibilité de trouver intact l’espace fondateur, et l’impossibilité de se fonder sur une terre déconstruite ou, dans le cas de l’exil, dans un pays qui ne laisse pas toute la place nécessaire à la reconstitution identitaire. La littérature peut alors être appréhendée au travers des concepts de « géophilosophie » et de « déterritorialisation/reterritorialisation », ou sous le prisme de l’opposition « racines/rhizomes » (G. Deleuze).

Ainsi, l’écriture devient un moyen de chercher à reconquérir une identité problématique, qui dès lors devient plurielle. Cette multiplicité se manifeste aussi au travers du plurilinguisme, du monolinguisme lacunaire, de la présence d’une langue mineure dans une langue dominante, ou encore par la recherche d’une « parenté transhistorique entre les langues[3] », ou l’interrogation sur une « langue unique et universelle » au regard de « la pluralité des langues[4] », renvoyant ainsi aux mythes fondateurs tels que Babel et le rêve de l’unité retrouvée.

Le passage des frontières est alors aussi celui qui est opéré par la lecture, qui se construit dans un entre-deux, car « le sens d’une œuvre n’est localisable ni du côté de l’auteur ni de celui du lecteur, ni dans le seul livre ni dans le seul cerveau, ni dans l’individu ni dans le monde – mais seulement dans leur relation singulière[5] ». De la même manière, la traduction se caractérise par une relative impuissance à retranscrire entièrement la vision du monde de l’autre ; néanmoins, elle est aussi fondatrice d’un nouvel espace de parole et de signification. Paradoxalement, l’œuvre originale révèle alors un « manque auquel la traduction entend alors suppléer[6] ». La traduction peut devenir dès lors une forme de « Pentecôte poétique » réconciliant « l’unité et la multiplicité » en un « langage qui transcende tous les langages[7] ».

Par ailleurs, le réel et l’imaginaire, la science et le mythe sont autant de modes de perceptions opposés qui participent à la construction de nos représentations, induisant là aussi des lignes de démarcation productives de sens. La frontière peut être examinée également dans une perspective morale lorsque son franchissement devient transgression (par exemple dans la littérature libertine). Elle peut aussi être interrogée d’un point de vue taxinomique : les genres littéraires, les arts, les courants littéraires sont des concepts dont la délimitation est fluctuante. En outre, elle peut être soumise à un examen attentif au regard de la norme : norme sociale, norme du genre, monstruosité, folie, etc. Ces approches rejoignent évidemment la question de la marge en littérature. La frontière, aussi bien que la marge, est « territoire d’échanges, large étendue de dialogue ; sur elle se multiplient les signes : elle interroge[8] ».

La frontière, à la fois lieu de démarcation et de rencontre, n’est-elle pas aussi le lieu d’un questionnement sur ce qui la fonde ? Cette multiplicité du phénomène tel qu’il se manifeste dans le monde et à travers les époques implique des différences radicales dans l’expression littéraire. Cependant, celle-ci comporte aussi des invariants : toute écriture de la frontière appelle une langue spécifique pour dire ces histoires qui deviennent parfois « comme des contre-mondes des histoires de la réalité [9] ». Le concept de frontière ne doit plus être fondé sur la perspective binaire de la présence et de l’absence, mais sur une approche multipolaire des frontières fluctuantes et de diverses natures se traçant sur plusieurs territoires empiriques et symboliques, créant ainsi un tissu de relations complexes en attente de lecture et de compréhension. C’est sur cette dimension plurielle de la frontière ainsi que sur ses présupposés et conditions d’émergence que nous voudrions nous interroger dans ce séminaire de littérature diachronique.

Axe 1 : frontières politiques, exil et migration
Axe 2 : voyage, frontières culturelles et identitaires
Axe 3 : (post)colonialisme et métissage
Axe 4 : unité et diversité de la langue ; traduction et plurilinguisme
Axe 5 : frontières entre réel et imaginaire, entre sciences et mythes
Axe 6 : normes et frontières : catégories sociales, transgression et marginalité
Axe 7 : frontières taxinomiques : arts, courants et genres littéraires

Le séminaire, qui se veut un lieu d’échange et de partage des recherches et des connaissances, est ouvert aux doctorants du CIELAM et aux jeunes chercheurs y ayant soutenu leur thèse ces dernières années. Il aura lieu à la Maison de la Recherche un mercredi par mois, à 15:00, de novembre à juin.

[1] François Laplantine et Alexis Nouss, Métissages d’Arcimboldo à Zombi, Paris, Pauvert, 2001, p. 55.

[2] Homi K. Bhabha, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale [1994], trad. Françoise Bouillot, Paris, Payot, 2007, p. 30.

[3] Walter Benjamin, « La tâche du traducteur » in Œuvres, trad. Maurice de Gandillac, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2000, t. I, p. 250.

[4] Jouri Mikhailovitch Lotman, L’explosion et la culture, trad. Inna Merkoulova, Limoges, Pulim, coll. « Nouveaux actes sémiotiques », 2004, p. 23.

[5] Yves Citton, « Créolectures et politiques membraniques », Multitudes 2005/3 (n°22), p. 203-211, p. 4 Article disponible en ligne à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2005-3-page-203.htm,

[6] Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1984, p. 283.

[7] Octavio Paz, Lecture et contemplation [1982], Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2008, p. 1087.

[8] Alain-Michel Boyer, « Les marges de la littérature et la question de l’autre » in Théorie des marges littéraires, dir. Philippe Forest et Michelle Szkilnik, Nantes, Éditions Cécile Defaut, coll. «Horizons comparatistes », Université de Nantes, 2005, p. 260.

[9] Bettina Englmann, Poetik des Exils. Die Modernität der deutschsprachigen Exilliteratur [Poétique de l’exil. La modernité de la littérature d’exil de langue allemande], Tübingen, Niemeyer, Untersuchungen zur deutschen Literaturgeschichte (109), 2001, p. 424. (Nous traduisons.)