Accueil

Séminaire 2021-2022

« Traverser les frontières: Formes et enjeux des écritures contemporaines ».

En ligne: https://univ-amu-fr.zoom.us/j/99752904646?pwd=SEkxUFRpbXhabHg2NUsyaEtPKytCQT09

 

 

Calendrier et programme

Lundi 10 janvier 2022
Traverser les frontières dans la littérature d’expression française: « Écrire d’un versant d’une langue vers l’abri noir de l’autre ».
Invité: André Benhaïm (Princeton University)

Modératrice: Laetitia Deleuze

André Benhaïm est professeur de littérature française et francophone du XXe siècle – bassin méditerranéen et Afrique du Nord –  à Princeton University, et notamment l’auteur de l’essai Après Ulysse. Vers une poétique de l’hospitalité en Méditerranée (Hermann, 2021).


Lundi 17 janvier 2022 
« Les frontières dans l’écriture des rêves : textures, dispositifs et déclinaisons sociales ».
Invitée : Arianna Cecconi (anthropologue)
Modératrice: Johanna Carvajal Gonzalez


Les rêves semblent être par définition le contraire de la réalité. Néanmoins, il existe des communautés qui confèrent aux rêves un sens de prémonition ou bien de révélation, liant directement l’onirisme à la réalité. L’anthropologue Arianna Cecconi (EHESS, Université de Milan-Bicocca), a soutenu une thèse intitulée Les rêves viennent du dehors : Une ethnographie de la nuit dans les Andes péruviennes. Dans son travail, elle interroge la présence dans les rêves des disparus en contexte de conflit armé, la matière onirique des rêves ainsi que leur présence dans le corps social. L’écriture académique se décline ainsi dans une pluralité de supports qui ouvrent à d’autres questionnements, permettant une lecture et une diffusion différentes de la recherche traditionnelle. Une écriture perméable qui se sert des langages audiovisuels, de la narration et même des codes de l’écriture romanesque, convoquant le dialogue pluridisciplinaire entre anthropologie, ethnographie, psychologie et art. Il s’agit donc de la « déconstruction et de la problématisation de la dichotomie ‘rêve’ et ‘réalité’, la dialectique entre le rêve en tant qu’expérience individuelle et collective, et l’attention aux conditionnements sociaux et culturels qui vont influencer les narrations oniriques[1] ».
 
[1] Arianna, Cecconi, “PARECÍA TODO UN SUEÑO…”, Argumentos, n° 3, septiembre 2008, http://argumentos-historico.iep.org.pe/articulos/parecia-todo-un-sueno/, consulté le 6 décembre 2021.

 
Jeudi 17 février 2022
« Auto-traduction de la « migrance » : apprivoiser l’espace transfrontalier ». 

Invité: Pierre Lepori (écrivain, auto-traducteur et metteur en scène)

Modératrice: Vanessa Cavallari


L’auto-traduction, cette production littéraire circulaire, permet à l’auteur de revenir sur l’œuvre sans jamais la fermer. La démarche de translinguisme dans laquelle verse le traducteur de son œuvre personnelle, « ne vise pas à la re-localisation dans un ailleurs, c’est le temps et l’espace suspendus » (Enderle-Ristori, 2012), un espace transfrontalier permanent. Ainsi, l’auto-traduction suspendue dans le temps du changement linguistique et dans l’espace de la transculture, s’adapte parfaitement au dépassement frontalier, en devenant également l’emblème d’une création littéraire. Afin d’appuyer ce propos, l’écrivain et dramaturge Pierre Lepori nous fera part de cet apprivoisement transfrontalier dans le quotidien de sa pratique auto-traductive et translangues. A partir d’une réflexion sur la dé-territorialisation d’une langue-culture circonscrite, nous proposerons de questionner la reterritorialisation identitaire entraînée par l’auto-traduction. En effet,  « franchir la frontière intime entre deux idiomes n’est pas innocent, le corps de la langue devient trans- et inter-genre » (Lepori, 2013). Si la traduction sous-entend donc le passage d’une langue à l’autre, l’auto-traduction peut être assimilée à une condition de « migrance » plus proche d’une errance incessante. Le sujet auto-traduisant possède ainsi une identité fluide, exactement comme l’auto-traduction est à la fois prototexte et métatexte sans être paradoxalement ni l’un ni l’autre, mais une phase créative transitoire. Dans cette optique, les perspectives d’une traduction queer (Lepori) s’annoncent 

Jeudi 17 mars 2022 
« Dramaturgie féminine et immigration : une plaie recousue par le corps/texte de la force créatrice féminine ».
Invitées: Metka Zupancic (Écrivaine, Professeure Émérite de français-langues modernes, Université d’Alabama à Tuscaloosa, États-Unis), Gabriela Acosta Bastidas (écrivaine, Université Toulouse II Jean Jaurès)
Modératrice: Clelia Di Pasquale 


« Remembrer », c’est « réunir les morceaux épars d’un corps poétique éclaté, démembré – à cause de la perte, de la souffrance, du manque, de la peine inconsolable, de l’exagération dans la passion, de l’amour impossible, de la séparation – (…) reprendre, à l’aide de l’écriture, couture après couture, et grâce aux mots cousus à d’autres mots, le travail du rassemblement de ce qui a été démembré, de ce qui a subi la déchirure » (Metka Zupancic, 2013). Est-ce que la dramaturgie féminine – qui franchit les frontières de la simple écriture car elle prévoit la mise en scène – peut reconstruire des âmes féminines écorchées notamment dans la migration ? Est-ce que le théâtre, en tant que genre littéraire particulier peut avoir une valeur initiatique d’un cheminement au sens propre, spirituel et figuré ? Dans l’écriture théâtrale de Gabriela Acosta Bastida on ressent une forte volonté de rendre au corps féminin (souvent mutilé) l’espace dont il a besoin, de remettre en cause une mémoire souvent écorchée, et de récupérer les racines « flottantes » de ces femmes éloignées de leur pays. L’écriture, l’art théâtral dans un contexte d’immigration deviennent également un antidote à la victimisation où la souffrance même (renforcée car (re)vécu sur scène) sert à soigner une blessure qui deviendra « énergie vitale, énergie de ce qui rassemble, voire se remembre » (Metka Zupancic, 2013). Le théâtre, par son caractère de présence, aura donc comme objectif de transmuter sur scène la fragilité d’un corps transpercé, d’une âme humiliée qui, par la force de l’art, reconstruit une mémoire féminine de l’immigration.


Mardi 17 mai 2022
« Marginalia. Récits de voix et d’écoute dans la littérature d’expression française contemporaine ». 
Invité: Arno Bertina
Modératrice: Laetitia Deleuze 

Nous nous intéresserons à ces écrivains contemporains, attentifs aux vies dites « ordinaires », qui se trouvent aux frontières – celles littérales mais aussi sociales, accentuant un état de vulnérabilité – et dont la démarche permet le relais de voix invisibilisées, passées sous silence. Ce profond souci d’écoute et de présence à l’autre donne à entendre l’expérience humaine et sociétale, qu’elle soit transcrite sous la forme du roman, de l’enquête, du récit documentaire ou de la collecte de voix. La présence de l’écrivain Arno Bertina nous permettra d’ouvrir un dialogue sur la manière dont l’écriture fait lien et renoue avec une voix des marges. Depuis ses premiers textes, l’écrivain met en lumière des corps et des voix vulnérabilisés à travers des formes narratives où le donner voix / être à l’écoute de s’informent mutuellement. À quels dispositifs le récit recourt-il afin de partager l’expérience d’une communauté dont l’existence et le futur n’ont pas de poids pour la société qui l’exclut ? Face à ces vies mal considérées et peu perçues, quelles stratégies d’énonciation sont déployées, et permettent-elles l’émergence d’un devenir ensemble ? Quelle place l’auteur choisit-il d’occuper ? Ce sont ces réflexions autour d’un récit qui légitime la parole et l’écoute des sans-voix, que nous aimerions déplier. Au creux de cet espace où ces voix sont amenées à se délier, exister, se projeter, affecter l’autre ; un mouvement se crée peut-être qui permet de faire bouger les lignes.