Le collectif

NOUVEAU ! CYCLE DE SEMINAIRES 2024 

Le collectif Frontières (https://frontieresamu.hypotheses.org/), né en 2018 sous l’initiative de doctorant·e·s a eu pour ambition dès le début de constituer un lieu d’échanges et de partages de savoir pour les doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s des ED 354 et 355, en les rassemblant autour d’une question transversale et particulièrement riche, celle de la frontière. 

Partant d’une réflexion sur la frontière comme phénomène historique et politique, né sous forme de séminaire, notre groupe de recherche a exploré durant deux ans les formes que revêt la notion de frontière en littérature, et plus largement dans les arts. En effet, en délimitant l’espace géographique et politique, la frontière matérielle structure des identités culturelles et linguistiques, mais elle peut aussi servir à séparer, voire à enfermer ou à repousser. A une époque de mondialisation capitaliste, où l’on proclame facilement la fin des frontières, force est de constater que celles-ci n’ont pas disparu, mais se sont faites plus sélectives, laissant passer certaines marchandises, certaines personnes, en rejetant d’autres. La littérature n’a eu de cesse d’interroger les conséquences de cette partition qu’impose la frontière. Elle explore la façon dont les identités se construisent, dialoguent, se recomposent, s’opposent parfois, y compris de part et d’autre de la ligne de séparation, à travers l’exil, le métissage, la « créolisation » (E. Glissant). En elle-même, la littérature peut être pensée comme un « tiers espace » (H.K. Bhabha), un lieu de dialogue entre les identités, les cultures, mettant en cause les séparations. C’est ce travail de la littérature que les interventions qui ont eu lieu durant les séances de ce séminaire ont cherché à interroger, à travers les différents axes de réflexion mis en avant et affinés avec le temps et les échanges (Frontières géographiques et politiques, exils et migrations ; Frontières identitaires et culturelles ; Genres, classes et catégories sociales ; Frontières taxinomiques). Lors de la première année, le collectif a accueilli des communications autour des frontières du Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui, proposées par des doctorant·e·s majoritairement affilié·e·s aux différents groupes du CIELAM. Cependant, le séminaire était déjà ouvert à l’interdisciplinarité, puisqu’il a reçu des professeur·e·s et des doctorant·e·s (AMU) en Histoire, Linguistique, Etudes romanes et Etudes anglophones. 

Tout en restant un lieu de rencontre et de communication entre jeunes chercheur·e·s, le séminaire a élargi peu à peu son action durant sa deuxième année. Il a multiplié l’accueil de chercheur·e·s confirmé·e·s, français·e·s et étranger·e·s, en s’intéressant de plus en plus à l’ensemble des arts et en approfondissant les approches transdisciplinaires (Histoire, Philosophie, Linguistique, Cinéma, Création). Par ailleurs, grâce au soutien de la Fondation Saint John Perse située à Aix-en-Provence, nous avons ouvert le dialogue entre recherche et création à travers des rencontres avec des écrivains d’expression française en résidence à la Fondation. 

L’année universitaire 2021-2022 a été consacrée à un cycle de séminaires en distanciel portant le titre « Traverser les frontières : Formes et enjeux des écritures contemporaines ». L’atout de ce dernier était la multidisciplinarité : grâce au travail assidu des organisatrices, il a été possible de tisser des liens et engendrer des dialogues très riches avec les intervenant·e·s, aussi bien des artistes (écrivain·e·s, metteur·e·s en scène, traducteur·rice·s et anthropologues) que des chercheur·e·s. Toutes les séances sont enregistrées et publiées sur ce carnet “Hypothèses”.

Fortes de ces diverses expériences et avec l’ambition de prolonger et élargir le travail mené ces dernières années,  nous avons organisé en 2023 une journée d’étude intitulée “De la perméabilité des frontières : penser la fluidité contemporaine”. Les résumés des communications qui ont eu lieu pendant la journée d’étude sont également consultables sur notre carnet.