CR de la séance du 16 mai 2018

Séance consacrée à l’Axe 5 : Frontières entre réel et imaginaire, entre sciences et mythes.

La quête et l’égarement : espaces géographiques et labyrinthes oniriques

Gianluca Leoncini – CAER

Dans l’incipit de Aurélia , Nerval prétend que l’on pourrait étudier l’âme humaine et ses métamorphoses à travers des archétypes littéraires. Dans cette perspective, les modèles poétiques les plus intéressants, voire les plus fascinants, ne seraient-ils pas les personnages perdus au beau milieu d’une quête ? C’est pourquoi nous allons analyser Le Diable amoureux de Cazotte, Sylvie de Nerval et À une passante de Baudelaire, textes où l’individu finit par s’égarer dans ses labyrinthes imaginaires, où les espaces oniriques se confondent avec les espaces géographiques, et où le réel, l’idéal et le chimérique se superposent. Ils s’entremêlent. Si bien que l’on ne saurait plus distinguer les manifestations objectives de tout ce qui est illusoire. Voici donc sur scène trois déclinaisons différentes de l’errance. Ou plutôt, en empruntant une métaphore surréaliste, du voyage au paradis des pièges ; miroitements, enchevêtrements temporels et spatiaux, perspectives illusoires, formes indistinctes, fuyantes. Mirages et fantasmes – « Ce qui m’habite et qui m’obsède » dirait Aragon – qui envoûtent inexorablement l’imagination et hantent les sens. La prose de Cazotte et de Nerval trouve son pendant poétique dans l’écriture baudelairienne. La flânerie devient, au fil des mots, rêverie. Au loin on entrevoit le vagabondage parisien de Breton et Nadja.

Bibliographie indicative

AZÉMA, M-F. , Présentation de Sylvie, Paris, LGF, coll. « Libretti », 2013.

BAUDELAIRE, Charles, Les Fleurs du mal, Paris, Pocket Classiques, 1998.

BRETON, André, Nadja, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1997.

CAZOTTE, Jacques, Le Diable amoureux, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 1997.

ENCICLOPEDIA ITALIANA, Morgana Fata, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1934.

NERVAL, Gérard de, Sylvie, Paris, LGF, coll. « Libretti », 2013.

NERVAL, Gérard de, Aurélia, Paris, LGF, coll. « Libretti », 2013.

PROUST, Marcel, texte de 1908 publié dans le recueil posthume Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1954, p. 157.

Les frontières entre mythes et sciences dans des récits de voyage du XVIIe siècle français

Mathilde Mougin – CIELAM

Il est d’usage de considérer, notamment suite aux travaux de Michel Foucault, que s’opère une transition épistémologique entre la Renaissance et l’Âge classique, au cours de laquelle serait abandonnée une pensée analogique et mythique, au profit d’une pensée mathématique et classifiante. Cette mutation épistémologique est sensible dans plusieurs récits de la fin du XVIe siècle et du XVIIe siècle, dans lesquels les mythes sont mis à l’épreuve de l’autopsie, et parfois abandonnés pour une pensée plus rationnelle. Il apparaît par ailleurs que certains mythes, vidés de leur valeur de vérité, changent de statut pour devenir des motifs esthétiques, voire de véritables topoï du récit de voyage. Toutefois, cette évolution de l’épistémologie ne se superpose pas à la chronologie des œuvres, qui n’illustrent pas de manière téléologique un abandon du mythe au profit de la rationalité : ces deux régimes de vérité s’y côtoient, justifiant que ces récits fassent l’objet d’une interrogation sur le thème de la frontière au sein de ce séminaire.

Le corpus d’étude retenu est un ensemble de récits de voyageurs français de la fin du XVIe siècle et du XVIIe siècle (Jean de Léry, Marc Lescarbot, Jean-Baptiste Tavernier, Robert Challe et Pierre-Martin de La Martinière), ainsi que le récit d’un voyageur élisabéthain (Anthony Knivet). Ces récits de voyage effectués aussi bien en Amérique du Nord, du Sud, et en Orient permettent d’interroger cette tension épistémologique et ses implications esthétiques.  

Bibliographie indicative

CHALLE, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, Paris, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 2002.

DE LERY, Jean, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil (1578), 2e édition 1580, Paris, Livre de poche, « Bibliothèque classique », 1994.

DE LA MARTINIERE, Pierre-Martin, L’Heureux esclave, ou Relation des aventures du sieur de La Martinière comme il fut pris par les corsaires de Barbarie & délivré. La maniere de combatre, sur Mer, de l’Afrique & autres particularitez, Paris, O. de Varennes, 1674.

FOUCAULT, Michel, Les Mots et les choses, Une Archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Sciences humaines », 1966.

KNIVET, Anthony, Un Aventurier anglais au Brésil. Les Tribulations d’Anthony Knivet (1591), Paris, Chandeigne, 2003.

LESCARBOT, Marc, Histoire de la Nouvelle France¸ Paris, Adrian Perier, 1617.

MANDRESSI, Rafael, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

WOLFZETTEL, Friedrich, Le discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du moyen âge au XVIIIe s, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 1996.

Texte historique, texte sacré : où est la frontière ? Une traduction de la Bible en moyen français

Antoine Braconnier – CIELAM

Le texte de la Bible abrégée est une traduction du XVe siècle de certaines parties de l’Ancien Testament en moyen français. Contenu dans une dizaine de manuscrits associés à l’est de la France et particulièrement à la ville de Troyes, il s’agit d’une compilation regroupant plusieurs livres de l’Ancien Testament, le Pentateuque et certains livres historiques.

Parfois relativement proche du texte de la Vulgate, la Bible abrégée reste en bien des points une traduction biblique médiévale. La tonalité générale du texte est celle d’une Bible historiale qui privilégie l’aspect historique du texte sacré en en évacuant quelque peu la spiritualité. En cela, cette traduction est le reflet de la position de l’Église qui, tout en supportant les traductions pour le public laïque, réserve l’interprétation spirituelle au clergé seul. 

Cependant, à l’époque de la devotio moderna, le public laïc récepteur qui ne parlait pas latin lisait probablement la Bible abrégée dans le cadre d’une piété personnelle. En effet, il s’agissait pour eux du seul accès au texte sacré qu’ils pouvaient lire et comprendre. En comparant la traduction avec l’original de la Vulgate, on peut voir une volonté toujours plus grande de se rapprocher du texte latin. Riche d’une longue tradition, la Bible abrégée est donc aussi tournée vers l’Humanisme en marche : premier livre français imprimé en France, il connut plus de 23 rééditions au long du XVIsiècle.

Bibliographie indicative

AQUILON, Pierre, « La Bible abrégée », Revue française d’histoire du livre, tome II, n° 4, Juillet – décembre 1972, p. 147-182.

BERGER, Samuel, La Bible française au Moyen Âge : étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrites en prose de langue d’Oïl, Paris, Imprimerie Nationale, 1884.

BOGAERT, Pierre-Maurice, Les Bibles en français : histoire illustrée du Moyen âge à nos jours, Turnhout, Brepols, 1991.

BOUYER, Louis et al., La spiritualité du Moyen âge, Paris, les éditions du Cerf, 2011.

HOOGVLIET, Margriet, « The Medieval Vernacular Bible in French as a Flexible Text: Selective and Discontinuous Reading Practices » in Form and Function in the Late Medieval Bible, Eyal Poleg et Laura Light (dir.), Leiden, Brill, 2013, p. 283-306.

SALVADOR, Xavier-Laurent, Vérité et écriture(s), Paris, Champion, 2007.

SNEDDON, Clive, « The Bible in French » in The New Cambridge History of the Bible : Volume 2, From 600 to 1450, Richard Marsden et E. Ann Matter (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 252-267.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (25 mai 2018). CR de la séance du 16 mai 2018. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovvz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.