CR de la séance du 14 mars 2018

Séance consacrée à l’Axe 7 : Frontières taxinomiques : arts, courants et genres littéraires.

Histoire(s) afro-descendantes : les créations frontalières de Fabienne Kanor

Marjolaine Unter Ecker – CIELAM

Fabienne Kanor, écrivaine « voyageuse » d’origine martiniquaise, est aussi journaliste et cinéaste. L’ensemble des supports d’expression qu’elle explore, à savoir le texte, la voix ou le son et l’image s’entremêlent les uns aux autres à l’intérieur de son œuvre, et plus particulièrement dans son roman Humus (2006), dans son court-métrage Des pieds, mon pied (2009), et dans son reportage radio Martinique, une terre d’hommes cassés (2012). En ce sens, on peut parler d’intermédialité, notion que nous abordons à partir de la médiation (Méchoulan, 2003) qu’elle instaure entre les différents arts et médias. Cette médiation efface par ailleurs la frontière entre le réel et la fiction, notamment à travers les images, celles d’espaces vécus et visités, qui s’inscrivent dans les créations de l’auteure. Ces dernières se caractérisent aussi par leur dimension orale et polyphonique et fondent le récit individuel, voire autobiographique, dans un récit collectif. Ainsi, les expériences personnelles permettent de raconter une Histoire plus globale, qui est celle qu’ont en partage les Afro-descendant·e·s. Enfin, cette multiplication des supports d’expression est  un moyen pour l’auteure d’investir sa multi-appartenance et de rassembler les différents territoires qu’elle habite à travers sa conscience afro-diasporique. Les créations frontalières sont ainsi un moyen pour l’auteure de dessiner les contours d’un « tiers-espace » (Bhabha, 2007) culturel et artistique, qui hérite du dépassement des frontières institué par les circulations historiques et les migrations contemporaines. 

Bibliographie indicative 

BHABHA Homi K., Les lieux de la culture: une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007, traduit de l’anglais par BOUILLOT, Françoise [1994].

GIRLROY, Paul , L’Atlantique noir: modernité et double conscience, Paris, Amsterdam, 2010, traduit de l’anglais par NORDMANN, Charlotte [ 1993].

HERBECK, Jason, « Entretien avec Fabienne Kanor », The French Review, 2013.

MECHOULAN, Éric, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités : Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality : History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, 2003, p. 9‑27.

KANOR, Fabienne, Humus, Paris, Gallimard, Coll. “Continents noirs”, 2006 (roman)

KANOR, Fabienne, Des pieds, mon pied., 2009, [en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=R2YsQpshHsQ]. Consulté le 9 mars 2018. (court-métrage) 

KANOR, Fabienne,  « La Martinique et la Guadeloupe, d’hier à aujourd’hui (2/4) : “Martinique, une terre d’hommes cassés” », Sur les docs, France culture, 2012,  [En ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks/la-martinique-et-la-guadeloupe-dhier-aujourdhui-24-martinique-une-terre]. Consulté le 9 mars 2018. (reportage radio). 

VIERA, Célia, RIO NOVO Isabel (dir.), Inter media: littérature, cinéma et intermédialité, Paris, l’Harmattan, coll. “Logiques sociales” 2011.

(Im)mobilités entre deux rives : les écrivains du blues

Prospère Tiaya Tiofack – CIELAM

Dans le champ des rapports entre la littérature et la musique, on peut circonscrire une spécificité des écritures qui s’inspirent du blues ou des musiques afro-américaines en général. Tout ce qui fait qu’un écrivain européen, par exemple, pourrait peut-être écrire le blues, mais pas forcément de la même façon ni pour les mêmes raisons qu’un écrivain africain ou afro-américain. Il y a, pour ce qui est des musiques afro-américaines, un point évident où, au-delà de leurs œuvres, écrivains et musiciens se rejoignent : c’est le processus créateur. Ce processus se décline en trois grandes phases : les Écartèlements, les Croisements, les Mouvements. La première phase réfère aux déchirures à l’origine de l’acte d’écriture : déchirures entre les cultures africaines et occidentales, entre l’impuissance de la langue verbale face au trauma et l’idéal inaccessible du langage musical. La deuxième phase opère des hybridations entre les traditions esthétiques africaines et occidentales, entre le champ musical et le champ littéraire, tout en rendant tout cela visible dès l’appareillage paratextuel. La troisième phase consiste dans la quête esthétique et la quête identitaire ; elle place au cœur de l’écriture des paradigmes tels que le dynamique, le cinétique, le rythmique, le frontalier, la migrance, la co-construction perpétuelle du sens avec le lecteur.

Bibliographie indicative

FOTSING MANGOUA, Robert et alii., L’imaginaire musical dans les littératures africaines, Paris, l’Harmattan, 2009.

HOUSTON, A. Baker Jr, Blues, Ideology, and Afro-American Literature. A Vernacular Theory, Chicago, The University of Chicago Press, 1984.

JONES, LeRoi (Amiri Baraka), Le peuple du blues. La musique noire dans l’Amérique blanche, Paris, Gallimard, 1968.

KANDÉ, Sylvie, « Jazz et littérature francophone », Mots Pluriels n°13, Avril 2000, [en ligne : http://www.arts.uwa.edu.au/MotsPluriels/MP1300syk.html].

LOCATELLI, Aude, Jazz belles-lettres. Approche comparatiste des rapports du jazz et de la littérature, Paris, Classiques Garnier, 2011.

TANG, Alice Delphine et al., L’Œuvre romanesque de Léonora Miano – fiction, mémoire et enjeux identitaires, Paris, L’Harmattan-Cameroun, 2014.

Circulation taxinomique dans l’oeuvre de Wajdi Mouawad.

Sabine Gamba – CIELAM 

Chassé tout enfant de son pays natal, le Liban, par la guerre civile de 1976, Wajdi Mouawad connaît l’exil en France puis au Canada. Il devient écrivain de langue française, comédien, metteur en scène et directeur du théâtre de la Colline à Paris. L’exil, la migration et la guerre fondent son travail d’écriture et l’amènent à l’éclatement des frontières taxinomiques. Le texte « Je t’embrasse pour finir », mêlant l’intime et le collectif, à l’intérieur même d’un ouvrage collectif intitulé Pour une littérature-monde, se présente sous la forme d’un récit et de mails personnels, du père. Cette intermédialité embrasse la langue française – considérée dans l’ensemble francophone – l’oralité et la mémoire. Le texte Seuls, œuvre hybride perçue comme un livre d’art, est un cheminement vers le spectacle éponyme et l’écriture de la pièce théâtrale. Il conte le voyage intérieur d’un universitaire canadien originaire du Liban. Sur le point de partir en Russie pour un rendez-vous professionnel, il est victime d’un accident cardio-vasculaire. Dans cet état, entre vie et mort où il est plongé, il croit apprendre que son père a sombré dans le coma, et se voit lui-même en Russie visiter le musée de l’Ermitage. Fasciné par le tableau de Rembrandt, Le retour du fils prodigue, il retrouve sa passion d’enfant pour la peinture, avant l’exil. Sur scène, le comédien peint à grand flot de peintures, peint même son corps et pour finir, entre dans le tableau. Wajdi Mouawad, ainsi, mène et donne à voir sa réflexion sur les notions de l’entre-deux et du retour aux origines.

Bibliographie indicative

 LE BRIS, Michel, ROUAUD, Jean (dir.), Pour une littérature-monde, Paris, Gallimard, 2007 :   MOUAWAD, Wajdi, « Je t’embrasse pour finir », MABANCKOU, Alain, « Le chant de l’oiseau migrateur ».

MOUAWAD, Wajdi, Seuls, Chemin, texte et peintures, Paris, Acte-Sud-Papiers, 2008.

MÜLLER, Jurgen, E., Texte et médialité, Département de français, Université de Mannheim, 1987.

RANCIÈRE, Jacques, « ce que medium peut vouloir dire : l’exemple de la photographie », Appareil, n°1, 17 février 2008.

SIBONY, Daniel, Entre-deux. L’origine en partage, coll. « La couleur des idées », Paris, Seuil, 1991.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (21 mars 2018). CR de la séance du 14 mars 2018. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovvx


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.