CR de la séance du 14 février 2018

Séance consacrée à l’axe 4 : Unité et diversité de la langue ; traduction et plurilinguisme.

Pourquoi traduire un auteur? Le cas de la traduction d’Edgar Allan Poe par Baudelaire

Gianluca Leoncini – CAER

La découverte, l’identification, l’amertume d’être considéré un imitateur voire un plagiaire, le succès:  le récit de Baudelaire traducteur de Poe a des airs de roman où la philologie se confond avec l’empathie,  où poésie et traduction poursuivent la même quête.

À travers les nouvelles de E.A. Poe, Charles Baudelaire semble vouloir initier le goût français à un nouveau genre de beauté, étrange, dépaysante voire empoisonnée. Afin de préparer le terrain à la réception de son oeuvre, il introduit ainsi un premier exemple d’une nouvelle esthétique que Les Fleurs du mal et Les Petits Poèmes en prose viennent ensuite compléter.

Connaître Baudelaire traducteur pourrait aider à mieux cerner Baudelaire poète, à le dévoiler, et à réaliser qu’un traducteur est tout d’abord un lecteur impatient de réécrire ce qu’il a aimé.

Bibliographie indicative 

ASSELINEAU, Charles, Charles Baudelaire : sa vie, son œuvre (1ère éd. 1869), Bazas, Le Temps qu’il fait, 1990, p. 15 et p. 53.

BAUDELAIRE, Charles, Notes nouvelles sur Edgar Poe, in E.A.POE, Oeuvres en prose, Paris, Gallimard, 1951, p. 1062.

BAUDELAIRE, Charles, « Avis de traducteur », in E.A POE, Oeuvres en prose, Paris, Gallimard, 1951, pp. 1044-1045, et p. 1063 ; publié pour la première fois dans les Cahiers Jacques Doucet en 1934.

BAUDELAIRE, Charles, « Fusées VIII » in C. BAUDELAIRE, Œuvres complètes, Paris, Robert Laffont, 2001, p. 393.

BAUDELAIRE, Charles Lettre de Charles Baudelaire à Madame Aupick du 8 mars 1854, Correspondance, I, Paris, Gallimard, 1973, p. 269 et p. 214.

BAUDELAIRE, Lettre à Sainte-Beuve du 19 mars 1856, Correspondance I, Paris, Gallimard, 1973, p. 343.

BAUDELAIRE, Charles, Lettre à Théophile Thoré du 20 juin 1864, Correspondance, II, Paris, Gallimard, 1973, p. 386.

BENJAMIN, Walter, La Tâche du traducteur, in Œuvres I, Paris, Gallimard, 2000 (1ère éd. 1923), pp. 244-262.

DAYRE, Éric, « Baudelaire, traducteur de Thomas de Quincey. Une prosaïque comparée de la modernité », in Romantisme. Revue du 19e siècle,
n.106, 4e trimestre 1999, « Traduire au 19e siècle », Paris, Sedes, 1999, pp. 31-52.

LEMONNIER, Léon, Les Traducteurs d’Edgar Poe en France de 1845 à 1875 : Charles
Baudelaire, Paris, Presses universitaires de France, 1928, p. 157. et p.
162.

OSEKI-DEPRE, Inès, Théories et pratiques de la traduction littéraire, Paris, Armand Colin, 1999, p. 53.

PEYRE, Henri, Connaissance de Baudelaire, Paris, José Corti, 1951, pp. 113-114.

VALERY, Paul, « Situation de Baudelaire », in Variété, in Œuvres I, Paris, Gallimard, 1957, p. 7 et p. 599.

La traduction : au-delà des mots

Lauriane Brémond – LERMA

La plupart des traducteurs reconnaissent l’existence d’un lien étroit, voire nécessaire, entre la langue d’un pays et sa culture. Cependant, le développement de moteurs de traduction de plus en plus perfectionnés semble remettre en cause ce lien en résumant la traduction à un simple exercice de remplacement d’un mot par son équivalent dans une autre langue. Le traducteur n’est alors plus sollicité que pour réviser le texte prétraduit et veiller à ce que celui-ci soit « intelligible » : c’est ce qu’on appelle la post-édition. Après l’ère de la TAO (Traduction Assistée par Ordinateur), sommes-nous sur le point d’entrer dans l’ère de la TAT (Traduction Assistée par Traducteur), avec un rapport humain/machine inversé ?

Pourtant, nombreux sont les linguistes et les professionnels à mettre en avant le rôle essentiel du traducteur en tant qu’intermédiaire, non seulement entre deux langues mais aussi entre deux cultures. Si la traduction n’est qu’affaire de substitution d’un mot de la langue source par un mot de la langue cible, que faire des culturèmes ou realia, ces références culturelles inhérentes à un pays et qui ne sont pas forcément connues du lecteur final ? C’est précisément dans ces cas-là que le traducteur apporte sa plus-value : sa connaissance intime des cultures du pays source et du pays cible. C’est grâce à cela qu’il peut adapter le texte et le rendre le plus compréhensible pour le lecteur final. C’est aussi grâce à son expertise qu’il peut éviter aux entreprises de mauvaises surprises, comme un sous-entendu graveleux dans un slogan ou un nom de produit qui s’avère être une insulte dans la langue du marché à conquérir.

S’il existe une frontière entre les langues, alors le traducteur est un « passeur » pour le lecteur.

Bibliographie indicative 

BANDLER, Richard et GRINDER, John, The structure of magic I : a book about language and therapy, Palo Alto, Californie, Science and Behavior Books, 1975.

BASSNETT, Susan et LEFEVERE, André (éditeurs scientifiques), Translation, history and culture, Londres, Pinter Publishers, 1990.

BENNETT, Milton J., « A developmental approach to training for intercultural sensitivity » dans International Journal of Intercultural Relations, Volume 10, Numéro 2, 1986, p. 179-196.

GEERTZ, Clifford, The Interpretation of cultures, New-York, Basic Books, 2000.

HALL, Edward Twitchell, The silent language, Greenwich, Fawcett Publication, 1959.

KATAN, David, « La mediazione linguistica interculturale: il mediatore culturale e le sue competenze » dans Lingue e Linguaggi, Volume 16, 2016, p. 365-391.

VENUTI, Lawrence, The scandals of translation : towards an ethics of difference. Londres, Routledge, 1998.

Théorie et pratique de la traduction théâtrale: le cas du Miles gloriosus

Clara Daniel – CIELAM

Notre travail de thèse, entre théorie et pratique de la traduction, vise à expérimenter la stratégie de l’adaptation théâtrale appliquée à une comédie ancienne, le Miles gloriosus du dramaturge latin Plaute (III-IIe siècle av. J.-C.). Le but de ce travail est de respecter, dans le cadre d’une traduction actualisée, des problématiques de réception contemporaine visant un public qui n’est pas versé dans la culture antique, et particulièrement les jeunes. Car le but du traducteur de théâtre n’est pas celui du philologue : il faut faire vivre le texte de la comédie sur scène, et si le public n’a accès ni aux références culturelles ni au contenu comique, Plaute n’aura pas été compris.

Dans la tradition française, le Miles gloriosus est devenu Le Soldat fanfaron, titre lexicalisé qui ne correspondait pas à notre texte, que nous avons intitulé Le militaire Kislapet. En effet, le fait de conserver l’adjectif « fanfaron », d’un registre littéraire soutenu, entre en opposition avec le choix de moderniser le texte ancien. C’est pourquoi nous avons emprunté l’expression familière « se la péter » qui, tout en changeant de niveau de langue, reste une traduction tout à fait littérale de l’adjectif latin. L’orthographe choisie, qui permet de créer une sorte de nom propre « Kislapet », accentue ce souci d’actualisation en rappelant le langage sms moderne, fait de raccourcis phonétiques. Avec ce titre, dont le contenu programmatique se veut affiché (modernité, familiarité, potentiel comique), nous avons posé les bases de notre adaptation contemporaine.

En pratique, il s’agit de mettre en valeur deux dimensions. D’une part, nous accentuons l’oralité du style plautinien : en valorisant une syntaxe informelle et un lexique courant voire familier, il s’agit de reproduire l’impression d’une conversation réaliste, adaptée aux codes actuels (c’est pourquoi nous choisissons également une prose rythmée plutôt qu’une versification stricte). D’autre part, afin de faciliter la complicité entre Plaute et le public, nous considérons comme nécessaire la transposition des références (culturelles et humoristiques) qui, dans le texte latin, ne sont appréhendables que par des spécialistes de culture antique. Par exemple, la mention dans une plaisanterie de la fête religieuse des Quinquatries, évoquées par rapport aux cadeaux qu’on doit faire à ses proches durant cette période, est transposée en la fête de Noël (puisque la tradition des cadeaux est préservée).

Cette pratique de l’adaptation ne va pas sans soulever des critiques potentielles du point de vue du discours traductologique, puisqu’est remis en cause l’impératif de fidélité, c’est-à-dire le respect de la littéralité du texte source. En amenant Plaute vers sa cible plutôt que l’inverse, la traduction tomberait dans la pratique de la domestication culturelle, dénoncée par tout un milieu de penseurs de la traduction. Pour y répondre, nous légitimons notre pratique grâce à l’enjeu spectaculaire des œuvres plautiniennes. Le théâtre, particulièrement la comédie latine, est moins une œuvre littéraire qu’un script destiné à la scène. Or, si la représentation est un échec à cause d’un manque d’intelligibilité du script, l’œuvre théâtrale n’atteint pas sa réalisation. C’est pourquoi nous revendiquons une fidélité au jeu, qui provient du concept romain de ludus mis en exergue par Florence Dupont, et cette autre fidélité passe par la nécessité d’adapter le texte plautinien aux codes contemporains.

Bibliographie indicative 

BASSNETT, Susan, « Ways Through the Labyrinth : Strategies and Methods for Translating Theatre Texts », in Hermans Theo (éd.), The Manipulation of Literature, Londres, Croom Helm, 1985, p. 87-103.

BONNET, Corinne et BOUCHET, Florence (éd.), Translatio : traduire et adapter les Anciens, Paris, Classiques Garnier, 2013.

DUPONT, Florence, Aristote ou le vampire du théâtre occidental, Paris, Flammarion, 2007.

HARDWICK, Lorna, Translating Words, Translating Cultures, Londres, Duckworth, 2000.

HOLLAND, Peter et SCOLNICOV, Hanna (éd.), The Play out of Context : Transferring Plays from Culture to Culture, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1989.

MARSHALL, C. W., The Stagecraft and Performance of Roman Comedy, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

MOORE, Timothy, The theater of Plautus : Playing to the Audience, Austin, University of Texas Press, 1998.

REGATTIN, Fabio, « Théâtre et traduction : un aperçu du débat théorique », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, vol. 36, automne 2004, p. 156-171.

TALADOIRE, Barthélémy-Antonin, Essai sur le comique de Plaute, Monaco, Edition de l’Imprimerie Nationale de Monaco, 1956.

UPTON, Carole-Anne (éd.), Moving Target : Theatre Translation and Cultural Relocation, Manchester, St Jerome, 2000.

VENUTI, Lawrence, The Translator’s Invisibility : A History of Translation, London, New York, Routledge, 1995.

WALTON, J. Michael, Translating Classical Plays : Collected Papers, Londres, Routledge, 2016.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (26 février 2018). CR de la séance du 14 février 2018. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovvw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.