CR de la séance du 10 janvier 2018

Séance consacrée à l’axe 2: Voyage, frontières culturelles et identitaires

Voyage et récupération des mythes indigènes dans le roman centraméricain : quelles frontières identitaires et culturelles ?

Emilie Boyer – CAER

Étudier une région aussi large que l’Amérique Centrale pose divers problèmes et plus particulièrement celui de la définition des frontières. Cependant, s’il y a une frontière identitaire qui, bien qu’invisible, est particulièrement ségrégative, c’est celle qui sépare les populations indigènes de ceux qu’on appelle les ladinos, les « non-indigènes ». Le voyage, dans notre corpus littéraire composé de romans des six pays hispanophones de la région, est donc d’abord celui consiste à transgresser cette frontière en traversant une frontière beaucoup plus visible, elle, entre ville et campagne.
Cette présentation développe une courte typologie des voyages rencontrés dans ces romans et leur lien avec le mythe et vise à démontrer que le voyage, à différentes échelles, associé à la réécriture du mythe permet un discours identitaire au niveau national mais aussi régional ou mondial et une réécriture de l’Histoire officielle de la colonisation. Le motif du voyage permet aux auteurs de défendre une identité mouvante, en évolution, à la rencontre de l’autre ou en confrontation avec lui, dans un voyage vers l’enfer ou comme un retour aux sources contre une vision essentialiste, figée de l’identité qui peut mener à des visions racistes. Une distinction qui nous paraît particulièrement importante lorsqu’il s’agit de populations, comme les populations mayas, souvent perçues par les élites comme régressives ou appartenant à un passé qui se situerait avant la civilisation.

Bibliographie indicative 

AÍNSA, Fernando, Identidad cultural de Iberoamérica en su narrativa, Editorial Gredos, Madrid, 1986.

ARAYA, Seidy, ZAVALA, Magda, Literaturas indígenas de Centroamérica, C.R.: EUNA, Heredia, 2002.

ARMIJO, Roberto, El asma de Leviatán, UCA Editores, El Salvador, 1990.

De LION, Luis, El tiempo principia en Xibalbá, Artemis Edinter, Ciudad de Guatemala, 1985.

GONZALEZ, Gaspar Pedro, La otra cara: la vida de un maya, CA: Fundación Yax Te’, États-Unis d’Amérique, 1998 (1990).

LOBO, Tatiana, Asalto al paraíso, Ed. de la Univ. de Costa Rica, San José, 1993.

MORENO MOSQUEDA, Zenaida, De la resistencia a la revitalización cultural en la narrativa maya contemporánea, Thèse de doctorat, Michigan State University, 2014.

RECINOS, Adrián, Popol Vuh. Las antiguas historias del Quiché, Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1971.

ZAVALA, Magda, “Poesia, género y etnia en Centroamérica”, Centroamericana, N°12, 2007, pp.121-141.

L’écriture des voyages parisiens de Kurt Tucholsky

Anne SchwarzEchanges

Figure emblématique de la République de Weimar, le journaliste –écrivain, poète, chansonnier – Kurt Tucholsky part s’installer en 1924 à Paris comme correspondant étranger. L’emploi du mot voyage concernant ce séjour pourrait paraître problématique, dans la mesure où il y restera jusqu’en 1929 pour ne plus ensuite retourner en Allemagne. Toutefois, il s’agit bien de ce terme qu’il emploie dans ses textes et dont il vante les vertus.
A la lecture de ses écrits parisiens, on peut attribuer trois fonctions au voyage. La première est d’ordre personnel. « Je me repose de ma patrie », écrit-il dans « Parc Monceau », l’un de ses premiers textes. Tucholsky est en effet fatigué de son pays dont il dénonce sans cesse les dérives nationalistes et les injustices. La deuxième est liée à son projet pacifiste. Empêcher une nouvelle guerre passerait par une meilleure connaissance mutuelle des nations. Il entend donc prouver aux Allemands que les Français ne représentent pas une menace pour eux. Dès lors il s’applique dans ses articles à décrire Paris et ses habitants. Enfin, le voyage est également l’occasion d’un recul critique vis-à-vis de l’Allemagne. Une escapade en province, une lecture, une rencontre… Tout est prétexte à des comparaisons incessantes.
Si sa stratégie de pacification des esprits échouera, on peut retenir de ce voyage qu’il constitue une période particulièrement féconde dans son œuvre. De nouvelles réflexions émergeront notamment sur les frontières identitaires, géographiques et linguistiques ou encore sur la littérature, le métier de journaliste et le rôle de la photographie.

Bibliographie indicative

Cahiers d’études germaniques, Kurt Tucholsky, n°31, Universités Lumière (Lyon II), de Nice, Paul Valéry (Montpellier III), de Provence (Aix-Marseille I), 1996.

DESBOIS, Catherine, « Die desengagierte Schrift eines engagierten Schriftstellers im Ersten Weltkrieg : Kurt Tucholsky », in : Cahiers d’études germaniques, n°37, Universités Lumière (Lyon II), de Nice, Paul Valéry (Montpellier III), de Provence (Aix-Marseille I), 1999.

DESBOIS, Catherine, « Implicite et explicite dans la traduction de textes de Kurt Tucholsky », in : Histoires de textes, Mélanges pour M-H. Pérennec, parution en ligne (http://langues.univ-lyon2.fr/1184-Histoires-textes.html), LYLIA 26, 2009.

GENEIX, Nicolas, « Marginalia pour Kurt Tucholsky », in : Astrolba n° 36, parution en ligne (http://www.crlv.org/astrolabe/marsavril-2011/marginalia-pour-kurt-tucholsky), Clermond-Ferrand, 2011.

HEPP, Michael, Kurt Tucholsky. Biographique Annäherungen, Rowohlt, Reinbek, 1993.

PHILIPPOFF, Eva, Tucholskys Frankreichbild, Minerva-Publikation, München, 1978.

TAUTOU, Alexis, « Kurt Tucholsky, journaliste à Paris », in : Contreligne, parution en ligne (http://www.contreligne.eu/2013/12/images-et-stereotypes-kurt-tucholsky-journaliste-a-paris/), 2013.

TUCHOLSKY, Kurt, Gesammelte Werke, Band 3-7, sous la direction de Mary Gerold-Tucholsky, Fritz J. Raddatz, Rowohlt Taschenbuch Verlag, Reinbek, 1993 [1960].

TUCHOLSKY, Kurt, Chroniques parisiennes, traduction Alexis Tautou, Petite bibliothèque Rivages, Paris, 2010.

TUCHOLSKY, Kurt, Ein Pyrenäenbuch, Rowohlt, Reinbek, 2012 [1927].

TUCHOLSKY, Kurt, Das große Lesebuch, sous la direction d’Axel Ruckaberle, Fischer Taschenbuch Verlag, Frankfurt am Main, 2012 [2010].

Dispositifs frontaliers dans les récits de voyages (17-18e siècles) 

Prof. Sylvie Requemora-Gros CIELAM

La réflexion, introduisant l’axe 2 du séminaire portant sur les voyages, s’effectue ici en trois temps, passant de la terre au texte via la mer :
1. Stratégies viatiques à la frontière terrestre : le cas des « rhadars » du passage en Perse.
2. Figures de la frontière maritime, invisible et allégorique: le cas du passage de la Ligne de l’Equateur.
3. Stratégies d’une écriture frontalière : la littérature des voyages comme genre frontalier « métoyen ».
La frontière, liée au « front », qui renvoie à la fois à une sémantique spatiale, géographique et militaire, implique une interrogation sur les limites et les marges en général, mais aussi sur la notion de passage et de rupture de ces limites, et ce, d’un point de vue à la fois diplomatique, culturel et littéraire. La frontière est en effet à la fois un contexte, un texte et un prétexte, interrogeant tous trois la question de l’hybridité culturelle et générique dans la littérature viatique conçue comme laboratoire du récit autant qu’expérience de rencontres.

Bibliographie indicative 

ATLAS, Yasmine, « Une frontière qualifiante », dans la Revue XVIIe siècle, numéro consacré à la Perse, à paraître en mars 2018.

FOURÈS-LEGRAND, Gaëlle, « Un rite de passage ancestral : le Passage de la Ligne dans les journaux et les relations de voyage aux Indes orientales (1690-1691) :
http://literaturacomparata.ro/Site_Acta/Old/acta10/articole%20pdf/AMC_gaelle_foures-legrand_fr_editat.pdf.

LINON-CHIPON, Sophie, « Le passage de la ligne ou le carnaval de la mer au début du 18e siècle : Luillier (1705), Leguat (1707) », Dix huitième siècle, n°22, L’œil expert : voyager, explorer, textes réunis par François Moureau, 1990, p. 185-194.

REQUEMORA-GROS, Sylvie, « Du roman au récit, du récit au roman : le voyage comme genre “métoyen” au XVIIème siècle », [in] Actes du colloque organisé par M.-C. Gomez-Géraud et Ph. Antoine à Amiens du 2 au 3 décembre 1999, Roman et récit de voyage, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, Imago mundi, 2001, p. 25-36.

————–, « Le genre « metoyen » en question : le cas de l’épisode algérien de Regnard », dans Itinéraires littéraires du voyage, « Travaux de littérature », T.L. XXVI, Genève, Droz, Actes du colloque international de l’ADIREL et du CRLV, Le Voyage dans tous ses états, 16-17 mars 2012, Paris-Sorbonne, p. 279-288.

————-, Voguer vers la modernité. Le voyage à travers les genres au XVIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), collection dirigée par François Moureau « Imago mundi », 2012, 880 p.

————, Voyages, échanges, rencontres au XVIIe siècle, Actes du 43e Colloque Annuel de la North-American Society for Seventeenth-Century French Literature (NASSCFL) des 5-8 juin 2013 à Marseille et Aix-en-Provence, Tübingen, Narr, Biblio 17, 2017, 575 p.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (6 février 2018). CR de la séance du 10 janvier 2018. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovvv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.