CR de la séance du 13 décembre 2017

Séance consacrée à l’axe 6 : Normes et frontières : catégories sociales, transgression et marginalité

Quand le nucléaire transgresse toutes les frontières, sauf une

Cécile Duquenne – CIELAM – CRCAO

« Pour se représenter une situation inconnue, l’imagination emprunte des éléments connus et à cause de cela ne se la représente pas » : bien que tirée de l’Albertine disparue de Marcel Proust, cette citation a été utilisée par Jean-Pierre Dupuy en préambule de son essai sur le nucléaire, Pour un catastrophisme éclairé, afin de résumer le paradoxe de l’impossible représentation de la contamination radioactive. Indécelable par les cinq sens donnés à l’humain, franchissant les frontières nationales invisibles, transformant tout ce qu’elle touche en déchet radioactif, et enfin oubliée et normalisée malgré la présence des compteurs Geiger, la contamination radioactive constitue un danger de premier ordre pour les populations humaines et animales.

Günther Anders, premier critique et philosophe de l’atome, disait dans L’Obsolescence de l’homme qu’il fallait « élargir notre imagination afin d’élargir notre peur ». Suivant cette recommandation, et à partir de l’exemple de la triple catastrophe de Fukushima en 2011, cette présentation vise à examiner la manière dont la littérature d’après les accidents nucléaires a le pouvoir d’élargir notre imagination et notre peur, et de représenter l’irreprésentable. Rarement explorées, les métamorphoses du littéraire en tant que lien entre nucléaire et humain constituent pourtant une forme d’altérité constitutive du sujet énonciateur dans le texte et le langage, sur laquelle nous proposons ici une amorce de réflexion.

Bibliographie indicative

ANDERS, Günther. Hiroshima est partout. Paris : Seuil, collection « La couleur des idées », 2008. 520 p.

COLLECTIF. L’archipel des séismes : écrits du Japon après le 11 mars 2011. Paris : Philippe Picquier, 9 mars 2012. 240 p.

COLLECTIF. Oublier Fukushima. Paris : Les éditions du Bout de la Ville, collection « Pluie Noire », 10 avril 2012. 226 p.

DUPUY, Jean-Pierre. Pour un catastrophisme éclairé : Quand l’impossible est certain. Paris : Seuil, collection « Points : Essais », 2004. 216 p.

KAWAKURA, Minato. Shinsai-genpatsu : bungakuron [Séisme et nucléaire : un essai littéraire]. Tôkyô : Impact, 1e mars 2013. 292 p.

KIMURA, Saeko. Shinsai-go bungakuron : atarashii bungaku no tame ni [Essai sur la littérature d’après le tremblement de terre : pour une nouvelle littérature japonaise]. Tôkyô : Seidosha, 2013. 242 p.

KOMORI, Yoichi. Shisha no koe, seisha no kotoba : bungaku de tou genpatsu no nihon [Voix des morts, parole des vivants : le Japon nucléaire interrogé par la littérature]. Tôkyô : Shinnihonshupansha, 2014. 190 p.

NANCY, Jean-Luc. L’équivalence des catastrophes : Après Fukushima. Paris : Galilée, coll. « La philosophie en effet », 1e avril 2012. 68 p.

ÔE, Kenzaburô. Moi, d’un Japon ambigu. Paris : Gallimard, coll. « Hors série littérature », 4 avril 2001. 104 p.

TAKAHASHI, Gen’ichiro. Hijôji no kotoba – shinsai no ato de [Les mots de la crise – après le tremblement de terre]. Tôkyô : Asahi shinbunsha, 7 août 2012. 220 p.

Marge et marginalité dans la littérature concentrationnaire

Eva Raynal – CIELAM

La notion de marge peut désigner ce qui est en dehors d’un espace ou à sa limite. Elle est à la fois synonyme de mise à l’écart (la figure du marginalisé) mais également de cohabitation : après tout, être à la marge ne constitue pas systématiquement une exclusion pure et dure. Les camps de concentration, et à plus forte raison d’extermination, constituent un espace de la marge, qui fabriquent des marginalisés avant de les assassiner : les déportés.

Primo Levi définit le camp comme une « zone grise » et Giorgio Agamben comme un état d’exception permanent. La violence est la norme, le warum n’a pas lieu d’être : c’est à se demander si le camp est l’expression même du Mal radical kantien.

Produit de cette marge, et y contribuant par son activité d’esclave, le déporté devient alors un homo sacer, un numéro déchu de tout droit, exclu de la communauté des citoyens voire de celle des hommes selon sa naissance. Parmi la masse concentrationnaire, quelques-uns parviennent à faire durer un peu plus longtemps leur sursis : ce sont les déportés-fonctionnaires ; mais la majorité est condamnée à une rapide dégradation physique et spirituelle : c’est le Musulman, ou Dokhodyaga dans le système du Goulag.

En 1945, les survivants libérés font face à une autre marginalité : le retour à la vie civile, où ils doivent faire face aux angoisses post-traumatiques, mais aussi à l’indifférence, l’incompréhension voire l’hostilité des non-déportés. Toutefois, la solidarité concentrationnaire demeure entre survivants ; l’action, notamment politique, et l’écriture pour certains, incarnent alors des voies de résilience. La littérature après les camps propose alors des témoignages et des œuvres « ovnis », qui s’affranchissent des normes afin de transmettre la marge : Imre Kertész, Tadeusz Borowski, Paul Celan, Jorge Semprún, Varlam Chalamov…

Bibliographie indicative 

AGAMBEM, Giorgio , Homo sacer. I, le pouvoir souverain et la vie nue (Homo sacer. I : Il potere sovrano e la nuda vita), Paris, éd. du Seuil, trad. Marilène Raiola, 1997.

BENESTROFF, Corinne, Jorge Semprun, Entre résistance et résilience, Paris, éditions du CNRS, 2017.

BOROWSKI, Tadeusz, 27  Le Monde de pierre (Kamienny świat), Pologne, 1948, Paris, éd. Christian Bourgeois, 1992.

CHALAMOV, Varlam, Récits de la Kolyma, « La pluie », éd. Verdier, 2003, trad. Anne Coldefy-Faucard et Luba Jurgenson.

JANKÉLÉVITCH, Vladimir, L’imprescriptible Paris, éd. du Seuil, 1986.

KANT, Emmanuel, La Religion dans les limites de la simple raison (Die Religion inner halb der Grenzen der bloßen Vernunft),1793, Paris, librairie Félix Alcan, 1913, trad. A. Tremesaygues.

KERTÉSZ, Imre, Être sans destin (Sorstalanság), Budapest, Vintage Books, 1975, Arles, éd. Actes Sud, 1997.

LEVI, Primo, Les Naufragés et les Rescapés (I sommersi e i salvati), Turin, Einaudi, 1986, Paris, Gallimard, 1989, rééd. 2013.

SEMPRÚN, Jorge, L’Écriture ou la vie, in Le Fer rouge de la mémoire, Paris, éd. Gallimard, 2012.

VINCLAIR, Pierre, « Usages et mésusages du poème. Comment lire (Paul Celan) ? » , Acta fabula, vol. 18, n°4, Essais critiques, avril 2017.

Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, éd. Plon, 1998.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (14 janvier 2018). CR de la séance du 13 décembre 2017. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovvu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.