CR de la séance du 06 mars 2019

L’afropéanité : vers une rupture des frontières

Nadia Christelle Sia Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan

Héritière de l’immigration, l’Afrodescendance en France est marquée par la « double absence » (Sayad, 1999) qui influe sur sa conscience, son imaginaire et sa détermination identitaire. En effet, pour ces Afrodesecendants, il n’est généralement plus question d’une appartenance à un « ici » ou un « là-bas » mais plutôt à un entre-deux (Afrique – Europe) qui se cristallise dans le concept d’afropéanité (défini communément comme le fait d’être africain de culture europénne).

Ces êtres frontaliers, constamment mis en demeure de « choisir » (Amin, 1998) leurs champs, s’assignent à l’abnégation au choix, se forgeant ainsi une identité par « l’hybridation » (Larangé, 2012). Une attitude revendicatrice de l’identité afropénne, et surtout, une volonté de rompre avec les « caractérisations raciales » (Miano, 2012) qui constituent une sorte de barrières symboliques.

En cela, l’afropéanité est contre frontière, car elle s’insurge contre toutes formes de démarcations raciales, réductrices de la conception de « l’appartenance identitaire » (Miano, 2012) qui ne doit pas être fondée sur « l’obsolescence » de la nation comme référent. Ainsi, au-delà de l’écriture jumelant culture africaine et européenne à travers des personnages racialisés (évoluant aux marges de la société), la musique ou l’imbrication des mythes, c’est une « posture » (Viala, 1993) qu’adoptent ces écrivains, avec comme chef de fil Léonora Miano.

Bibliographie indicative

LARANGE, Daniel, De l’écriture à la présence afropéenne pour une exploration de nouvelles terres littéraires, Paris, L’Harmattan, 2014.

HITCHCOTT, Nicki, THOMAS, Dominic, (dir.), Francophone afropean literatures, Liverpool, Liverpool University Press, 2014

MAALOUF, Amin, Les identités meurtrières, paris, Editions Grasset, 1998.

MIANO, Léonora, Ecrits pour la parole, Paris, L’Arche, 2012

NDOUR, Emmanuel, (2015) La saison de l’ombre de Léonora Miano : « récitation » d’une Afropéenne. Etudes littéraires, 46(1) 95-104doi :10.7202/1035086ar2001

OUTEIRINHO, Maria de Fátima « Afropéen (nne) : quelques notes autour d’un mot-valise », Carnets [En ligne], Deuxième série-11/ 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 25 juin 2018.URL :http://journals.openedition.org/carnets/2380 ; DOI : 10.4000/carnets.238

SAYAD, Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’immigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

VIALA, Alain, Eléments de sociopoétique, dans Moliné Georges et Viala Alain, Approches de la réception, sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris , PUF, coll. « Perspectives littéraires », 1993.

 

 

La figure du schnorrer dans les ghettos d’Israël Zangwill et d’Albert Cohen

Mélisande Labrande – Aix-Marseille Université, CIELAM

On s’intéresse ici à deux auteurs qui, par leur biographie et l’univers fictionnel qu’ils déploient, permettent de repenser à nouveaux frais la notion de frontière entendue en un sens aussi bien géographique que culturel, social ou économique. Ce sont les ghettos juifs de l’East End londonien de la fin du XIXe siècle (dans Children of the Ghetto, 1892) et du XVIIIe siècle (The King of Schnorrers, 1894), que met en scène l’écrivain anglais Israël Zangwill, lui-même né à Londres de parents immigrés de l’Europe de l’Est, au milieu du XIXe siècle. Albert Cohen quant à lui, né à Corfou, émigre en France à l’âge de cinq ans avant de rejoindre la Suisse. Ses trois romans écrits avant la seconde guerre mondiale (Solal, 1930, Mangeclous, 1938 et Les Valeureux, paru en 1969 mais rédigé en 1935) sont en grande partie consacrés aux personnages du petit clan des « Valeureux », les oncles du héros Solal, évoluant dans le ghetto de Céphalonie (double littéraire de Corfou), caractérisés par des traits culturels et linguistiques tout à fait singuliers, et porteurs d’une histoire migratoire imaginaire.

Il s’agit là de deux projets littéraires fort différents, avec d’un côté le réalisme sociologique de Zangwill et de l’autre l’irréalisme totalement assumé de l’univers cohénien. Pourtant, l’un des points communs et saillants de ces deux écritures du ghetto est la prévalence d’une figure à la fois marginale et centrale : celle du schnorrer. Personnage traditionnel issu de la culture yiddish, ce « mendiant professionnel » quémande sans cesse de petites aumônes en donnant le sentiment que ce service lui est dû.

L’analyse des ghettos cohénien et zangwillien comme un espace poreux, qui ne cesse d’être traversé géographiquement et socialement, et dont les frontières s’en trouvent redéfinies, nous conduira à voir combien le schnorrer, du fait de sa souplesse et de son hybridité constitutives,  fournit un prisme, un révélateur d’enjeux propres à l’expérience postmigratoire. Nous verrons que cette figure conduit à interroger voire à dépasser certains couples antithétiques communément employés pour décrire l’expérience postmigratoire : ainsi inclusion versus exclusion, fixité/mobilité, productivité/parasitisme ou résignation/revendication.

Bibliographie indicative

COHEN, Albert, Œuvres, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1993 (contient notamment Solal, Mangeclous, Les Valeureux, Ô vous, frères humains ).

ZANGWILL, Israël, Children of the Ghetto: a Study of Peculiar People. (Les Enfants du ghetto : Étude d’un peuple singulier), Leicester University press, 1977 (Première édition : 1892).

——————The King of Schnorrers (Le Roi des schnorrers), London, Pordes, 1972 (Première édition : 1894).

 



Citer ce billet
Marjolaine Unter Ecker (2019, 26 avril). CR de la séance du 06 mars 2019. Frontières. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovw6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.