CR de la séance du 18 décembre 2018

Frontières linguistiques et identitaires : formulations dans la littérature féminine berbère contemporaine

Nacira Abrous : post-doc en sociolinguistique (https://berberens.hypotheses.org/)

Le but de cette intervention s’inscrit dans l’intérêt que je porte à la production écrite dans le monde berbère au regard de la prégnance de la production orale traditionnelle. La littérature féminine occupe une place de plus en plus significative dans l’émergence de la langue berbère et sa visibilité dans le champ socioculturel du nord de l’Afrique.

Il s’agit de discuter les notions d’émergence, d’espace littéraire, de champ référentiel et de langue d’écriture au regard d’éléments d’histoire littéraire postcoloniale nord-africaine francophone et berbérophone. Le corpus choisi est dédié à l’étude de trois expériences éditoriales, trois écrivaines kabyles à ancrages temporels et spatiaux différents : Marguerite Taous Amrouche, Djidji Nait, Kaysa Khalifi.

Le kabyle, une des langues berbères et langue maternelle des trois écrivaines, est objectivement la langue d’une communauté linguistique quand bien même un effort de normativisation s’impose (Chaker, 1985, 1995, 2004).

Qu’elle soit d’expression française ou berbère, l’écriture féminine voit le jour dans un espace littéraire où se croise l’autochtonité, l’individation linguistique, la loyauté linguistique et l’identité (Boyer, (2004 et 2015) (Chaker, 1992 ; Bounfour 1995 ; Merolla2011 ; Ait Ouali, 2015).

Le berbère est considéré parfois comme minoritaire bien qu’ayant le statut de langue co-officielle depuis 2016 en Algérie. Langue enseignée depuis 1995 (Abrous, 2010, 2015, 2017), ayant su résister dans un paysage linguistique complexe (Cheriguène, 1997), elle tente de s’approprier à travers la littérature, les usages caractéristiques d’une langue « modernisée ». Ainsi, la langue d’écriture, parfois fortement solidaire des revendications institutionnelles, est novatrice. D’autres éléments textuels et extra textuels combinent les notions de frontières, les repères identitaires et l’idéal d’universalité.

Les notions de langue d’écriture, de référents spatio-temporels et culturels traversent ce champ et permettent des lectures interdisciplinaires croisées. C’est en ce sens que son ancrage transfrontalier qui croise la notion des « Frontières » qui est développée dans ce séminaire, peut être décrypté à travers une approche multidimensionnelle et assurément sociolinguistique et littéraire.

Bibliographie indicative

Oeuvres littéraires

AMROUCHE Marie Louise -Taos, Coll. Littérature française, Gallimard.

NAIT Djidji Nait, Tigi macci d timucuha (Celles-ci ne sont pas des historiettes), auto-édition Lulu, 2015.

KHALIFI Kaysa, Ihulfan, édition préfacée par Kamel Bouamara, professeur de berbère à l’Université de Bgayet (Béjaia), 2017.

Théorie

ABROUS Nacira, L’enseignement du berbère : analyse sociolinguistique comparée Algérie/Maroc, – Doctorat en linguistique berbère. ED « Mondes arabe, musulman et sémitique » : sous la direction de Salem Chaker, 2017
Résumé en ligne

KIZZI Akila,   Marie Louise Taous Amrouche Passion et déchirement identitaire  Essai, Paris, Michalon, 2019.

BELEDIAN Krikor , « D’un exil à l’autre, les lieux disloqués », Hommes & migrations [En ligne], 1288 | 2010, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 18 décembre 2018 [en ligne : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/882]

BOUNFOUR Abdallah , Introduction à la littérature berbère : 1. La poésie, Peeters, Louvain/Paris, 1999.

CHAKER Salem , 1981 “Langue et littérature berbères. Chronique des études” Dans DALLET J.-M. et DEGEZELLE J-L (dir.), Annuaire de l’Afrique du Nord, XX, 1963.

CHAKER Salem, «Naissance d’une littérature écrite berbère », Bulletin des Etudes Africaines (Inalco) : IX (17/18)], 1992.

CHERIGUENE Foudil, 1997. Politiques linguistiques en Algérie. Dans : Mots, n°52. Politiques linguistiques, pp62-73. [En ligne], Url : /web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1997_num_52_1_2466 Consulté le 02 juin 2014.

DELEUZE Gilles et GUATTARI Francesco, L’Anti-Œdipe, Paris, Minuit, 1972.

DERRIDA Jacques, Le monolinguisme de l’autre, Galilée,1996.

BOUCHER Geneviève « Jacques Derrida et l’écriture autobiographique : entre “plus d’une langue” et “plus de langue” », Traverses, n°9, 2007, p. 17-34.

GASQUET-CYRUS Médéric. Des théories sociolinguistiques à une théorie du langage : lectures d’Henri Meschonnic. Cahiers de Linguistique, EME EDITION, 2012, 38 (2), pp.89-110. hal-01489708

MAZAURIC Catherine, “L’Afrique en mouvement : imaginaires migratoires et dynamiques sociales au sud de la Méditerranée”, dans KANE Momar Désiré et MAZAURIC Catherine (dir.), Horizons maghrébins 68, Presses universitaires du Mirail, Toulouse , 2013.

MEROLLA Daniella, –« La narration dans l’espace littéraire berbère”  Encyclopédie Berbère », V. XXXIII, 2012,pp. 5236-5251.

PINCONNAT  Crystel, -« La construction d’une visibilité ethnique sur la scène littéraire : le cas des écrivains amérindiens », Revue de littérature comparée, 2006/1 (n°317), p. 53-69.



Citer ce billet
Marjolaine Unter Ecker (2019, 31 mars). CR de la séance du 18 décembre 2018. Frontières. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovw5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.