CR de la séance du 20 juin 2018

Séance consacrée à l’axe 6 : normes et frontières : catégories sociales, transgression et marginalité ; les frontières du genre (masculin / féminin). 

L’écriture transgressive du corps chez Assia Djebar et Léonora Miano

Anouchka Stevellia Moussavou Nyama – CIELAM

« Le corps », selon José Gil, « cet “objet ” qui n’en est pas un, semble sujet à une indétermination radicale dès qu’on essaie de le définir. » Ainsi, dans la littérature africaine et francophone, le corps est toujours représenté sous divers aspects : corps malade et marginal, avec la folie ; le corps exploité, marchandé à travers les figures du boy, de la prostituée ; le corps résistant, se défendant ou inversant le rapport de force, etc.

De même, chez Léonora Miano et Assia Djebar, la place consacrée au corps, dans ce qu’il peut avoir de plus intime, revêt une importance capitale que le lecteur peut difficilement ignorer. En effet, leurs textes ne se contentent pas de l’évoquer comme une notion abstraite ; ils intègrent dans l’écriture de cet objet ce que N. Etoké nomme « l’intériorité ». Les écrivaines utilisent leurs plumes pour mettre des mots sur le non-dit, l’interdit ou le tabou et interroger les rapports que les personnages entretiennent avec leur corps. L’intérêt consacré à la description de celui-ci dans ce qu’il peut avoir de plus intime fait alors exploser les limites imposées par les normes sociales. Aussi, dans Les Nuits de Strasbourg ou Les alouettes naïves d’A. Djebar et dans Crépuscule du tourment 1 et 2 ou Tels des Astres éteints de L. Miano, l’écriture du corps passe par la description de scènes d’amour et d’érotisme. Pour ces autrices, écrire le corps, c’est également décrire les souffrances et les violences physiques qu’il subit, comme on peut le voir dans L’intérieur de la Nuit, Les Aubes écarlates ou L’amour, la fantasia et Femmes d’Alger dans leurs appartements ; ces textes montrent par ailleurs l’influence que peuvent avoir ces objets malmenés sur les trajectoires des personnages. Enfin, écrire le corps [féminin] c’est employer les modes d’écriture en tant que modes de création, de performance et de transmissions idéologiques, processus à travers lesquels l’écrivaine et le lecteur modélisent ses réalités sociales. 

Bibliographie indicative

BHABHA, Homi K., Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.

BERGER, Anne E, « Traversées de frontières : postcolonialité et études de « genre » en Amérique », in Labyrinthe, n° 24, Faut-il être postcolonial ?DUBRUEIL, Laurent  (dir.), 2006, pp.11-35.

CAZENAVE, Odile, Femmes rebelles. Naissance d’un nouveau roman africain au féminin, Paris, L’Harmattan, 1996.

CESAIRE, Aimé, Discours sur le colonialisme, suivi de : Discours sur la Négritude, Paris, Présence africaine, 2000 [1950].

DJEBAR, Assia, Les alouettes naïves, Arles, Actes Sud, « Babel », 1997 [1967].

DJEBAR, Assia, Femmes d’Alger dans leur appartement, Paris, Le livre de Poche, [1980].

DJEBAR, Assia, L’amour, la fantasia, Paris, Le livre de Poche, 2001 [1985].

DJEBAR, Assia, Les nuits de Strasbourg , Arles, Actes Sud, « Babel », 2003, [1997].

DE BEAUVOIR, Simone, Le Deuxième Sexe, Tome 2, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio essai », 1949.

ETOKE, Nathalie, L’écriture du corps féminin dans la littérature de l’Afrique francophone au sud du Sahara, Paris, L’Harmattan, 2010.

GIL, José, Métamorphoses du corps, Paris, Éditions de la Différence, coll. « Essais », 1985.

LAURENT, Sylvie, « Le « tiers-espace » de Léonora Miano romancière afropéenne », Cahiers d’études africaines n° 204, 2011 [en ligne : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/16857].

MIANO, Léonora, L’intérieur de la nuit, Paris, Plon, 2005.

MIANO, Léonora, Les aubes écarlates, Paris, Plon, 2009.

MIANO, Léonora, Tels des astres éteints, Paris, Plon, 2008.

MIANO, Léonora Crépuscule du tourment 1, Paris, Grasset, 2016.

MIANO, Léonora, Crépuscule du tourment 2, Paris, Grasset, 2017.

WALKER, Keith, Countermodernism and Francophone Literary Culture : The Game of Slipknot, Durham, Duke University Press, 1999.

 

Masculinités afro-descendantes :
“Les garçons noirs” de Léonora Miano

Marjolaine Unter Ecker – CIELAM

Dans ses dernières parutions, Léonora Miano explore la question de la masculinité, et plus particulièrement celle des Afro-descendants. Celle-ci se heurte à un modèle « hégémonique » (Connel, 2014) et est confrontée à l’intersectionnalité, puisqu’elle croise des conditions liées à la classe sociale et surtout à l’histoire dont les “garçons noirs” (Miano, 2017b) héritent. Aussi, selon l’auteure et les contributeurs de l’ouvrage collectif Marianne et le garçon noir (2017), les représentations assignées aux hommes afro-descendants sont fondamentalement liées « à l’image de l’Afrique telle que construite non seulement par le regard euro-centré, mais par l’action de l’Occident sur cette région du monde » (Miano, 2017c), tout particulièrement en contexte occidental et français. 
La fiction devient alors un espace de dépassement de cette masculinité « subordonnée » (Connel, 2014). Dans Crépuscule du Tourment 1 et 2 (2016 ; 2017a), Léonora Miano dresse le portrait de masculinités plurielles, s’affirmant à travers leur singularité et l’écriture de véritables « stylistiques de l’existence » (Macé, 2016). Notamment à travers la topographie de deux quartiers utopiques, elle trace par ailleurs les contours d’un « tiers-espace » (Bhabha, 2007) dans lequel le masculin et le féminin ne seraient pas des opposés, mais se compléteraient et résideraient « dans l’entre-deux » (Miano, 2012 : 31). 
Finalement, cette conception du genre est englobée dans une perception plus générale des identités et des cultures, envisageant les frontières qui les sillonnent non pas comme des lieux de rupture, mais comme des « espaces d’accolement » (Miano, 2012).

Bibliographie indicative 

BHABHA, Homi K., Les lieux de la culture : une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.

BUTLER, Judith, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2012.

 CONNELL, Raewyn, Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam, 2014.

DORLIN, Elsa, Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

DORLIN, Elsa, La matrice de la race, Paris, La Découverte, 2009.

HOOKS, Bell, Ne suis-je pas une femme ? : Femmes noires et féminisme, Paris, Cambourakis, 2015 [1981].

FROLOFF, Nathalie, RIALLAND, Ivanne, “A la lumière des études de genre”, ElFe XX-XXI – n° 6, Paris, Classiques Garnier, 2017.

MACE, Marielle, Styles : Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016.

MIANO, Léonora, Habiter la frontière, Paris, L’Arche, 2012.

MIANO, Léonora Crépuscule du tourment 1, Paris, Grasset, 2016.

MIANO, Léonora, Crépuscule du tourment 2, Paris, Grasset, 2017a.

MIANO, Léonora (dir.), Marianne et le garçon noir, Paris, Pauvert, 2017b.

MIANO, Léonora, interview par FAURE, Sonia et FOFANA, Balla, “Comment se penser homme quand on ne bénéficie pas des privilèges de l’homme ?”, Libération, 19 septembre 2017c [en ligne].


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (28 juin 2018). CR de la séance du 20 juin 2018. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovw0


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.