CR de la séance du 5 avril 2018

Séance consacrée à l’Axe 1 : Frontières politiques, exil et migration et à l’Axe 3 : (post)Colonialisme et métissage.

Ce qu’il reste du far west, l’espace de la réserve chez les romanciers amérindiens contemporains

Silvio Florio – CIELAM

L’imaginaire états-unien s’est construit autour d’une définition particulière de la notion de « frontière » : plutôt que la démarcation entre deux États (que désigne le mot « border »), la « frontier » marque l’opposition entre l’espace « civilisé » et l’espace « sauvage ». Cet espace civilisé a vocation à s’étendre peu à peu à tout le continent, selon la doctrine de la « destinée manifeste » du peuple américain, et ce, de gré ou de force, sans prise en compte des cultures et des peuples préexistants. Avec la colonisation progressive de l’Amérique du Nord par les Européens puis par les États du Canada et des États-Unis, les espaces encore dévolus aux peuples « sauvages » amérindiens se sont réduits à quelques enclaves que l’on nomme couramment « réserves ». Qu’ont à nous dire aujourd’hui de cette frontière les descendants de ces « sauvages », les écrivains amérindiens contemporains que sont Louise Erdrich, Scott Momaday ou encore James Welsh ? Ils dépeignent des territoires ambigus, paradoxaux, des terres désolées, en proie à l’alcoolisme, au chômage et à la violence, qui constituent pourtant dans le même temps les seuls vestiges d’une culture à préserver et même à refonder.

Bibliographie indicative 

AZIZA, Claude, TIXIER Jean-Marie, Dictionnaire du western, Vendémiaire, Paris, 2017.

ASCHCROFT, B., GRIFFITH, G., TIFFIN, H., The Empire Writes Back. Theory and Practice in Post-colonial Literatures, Londres / New York, Routledge, 1998.

BEVIS, William, « Native american novels : homing in », in Recovering the Word : Essays on Native American Literature, Brian SWANN et Arnold KRUPAT (dir.), Berkeley, University of California Press, 1987, p. 580-621.

BOYDEN, Joseph, The Orenda, Toronto, Hamish Hamilton, 2013.

ELIADE, Mircea, Le Sacré et le Profane [1957], Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1987.

ERDRICH, Louise, Tracks [1988], New York, Harper Collins Perennial, 2003.

HEDGES, Chris, SACCO, Joe, Jours de destruction, jours de révolte, Paris, Fututopolis, 2012.

MARSHALL, Joseph, Winter of the holy iron, Santa Fe, Museum of New Mexico Press, 1994.

MOMADAY, Navarre Scott, House made of dawn [1968], New York, Harper Collins, 2000.

MOMADAY, Navarre Scott, The Ancient child [1989], New York, Harper Collins, 1990.

WELSH, James, Fool’s Crow [1986], New York, Penguin Books, 2000.

ZINN, Howard, Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, coll. « mémoires sociales », 2002.

L’expérience et l’écriture de la frontière dans la poésie de Meena Alexander, Seher Cakir et Amina Saïd

Sarah Voke – CIELAM

Amina Saïd, poétesse, est née en Tunisie et réside en France. Meena Alexander, poétesse, est née en Inde, a habité le Soudan et l’Angleterre, réside à New York. Seher Cakir, poétesse, est née à Istanbul et réside à Vienne. Malgré leur éloignement géographique, ces trois femmes présentent bien des points de convergence qui justifient leur rapprochement. Poétesses contemporaines, qui prennent racine dans trois sphères linguistiques différentes, à savoir l’anglais, le français et l’allemand, leur point commun réside dans leur expérience de l’exil.

Cette expérience personnelle de l’exil laisse une empreinte dans leur écriture poétique et se présente avant tout comme une expérience douloureuse. Le passage d’une frontière géographique crée un sentiment de fracture et leur poésie manifeste un décentrement, une identité brisée, une blessure. Une frontière se crée entre absence et présence, entre ici et là-bas, mais également entre la vie et la mort. Outre le thème récurrent de la mort, l’exil et le franchissement d’une frontière présentent un danger mortel d’effacement identitaire.

Au milieu se trouve une ligne de faille, un entre-deux, quelque chose d’inénarrable. Au milieu jaillit une écriture personnelle. Une écriture métisse, teintée des couleurs de leurs deux rives. Une écriture qui ne gomme pas la frontière, mais qui la chante, qui la fait sentir, qui permet de relier leurs identités multiples. Une écriture vitale.

Bibliographie indicative 

ALEXANDER, Meena, Poetics of Dislocation, Ann Arbor University of Michigan Press, 2009.

ALEXANDER, Meena, The shock of arrival: reflections on Postcolonial experience, Boston, South End Press, 1996.

ALEXANDER, Meena, Fault Lines, New York, Feminist Press, 2003.

CAKIR, Seher, Mittwochgedichte, Berlin, Schiler, 2004.

SAID, Amina, De décembre à la mer, Paris, Editions de la différence, 2001.

SAID, Amina, Sables funambules, Paris/Québec, Arcantère/Écrits des Forges, 1992.

WEIL, Simone, L’enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Paris, Flammarion, 2014.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marjolaine Unter Ecker (1 mai 2018). CR de la séance du 5 avril 2018. Frontières. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovvy


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.